Toulouse: On vous dit pourquoi ce bâtiment va vous rendre la vie plus respirable

POLLUTION Livrer toutes les marchandises et colis avec des véhicules propres dans Toulouse intra-muros. C’est l’ambition de la nouvelle plateforme logistique qui sort de terre au nord de la ville

Helene Menal

— 

La nouvelle plateforme logistique doit ouvrir mi-2021 à Fondeyre.
La nouvelle plateforme logistique doit ouvrir mi-2021 à Fondeyre. — Agence Elex
  • Une plateforme logistique d’un nouveau genre sort de terre à Toulouse.
  • L’idée et d’y faire converger colis et palettes destinés à être livrés en ville pour les marchandises poursuivent leur route en véhicule propre.
  • Ce centre mutualisé ouvrira mi-2021.

Commander en un clic et être livré devant sa porte, c’est top. Mais pas très développement durable. Selon la Poste qui livre 50.000 colis par jour à Toulouse, le transport de marchandises contribue à la congestion des villes à hauteur de 50 %. Et comme le boom de l'e-commerce​ n’est pas près de faiblir, l’équation va se compliquer.

Mais la Ville rose, où 14.000 livraisons de commerces sont aussi effectuées chaque jour, est peut-être en train de la résoudre. A l’occasion d’un colloque sur la logistique urbaine, les plans d’un tout nouveau bâtiment ont été dévoilés. Il va sortir de terre sur la zone de Fondeyre, à 4 km au nord du centre-ville de Toulouse et pourrait contribuer à en assainir l’air.

La problématique du dernier kilomètre

Cette plateforme dite « du dernier kilomètre » (même s’il y en a quatre) ouvrira mi-2021 et servira de dernière étape avant la jungle urbaine. L’ambition est d’y faire converger toutes les marchandises – petites et grosses – destinées à pénétrer dans la Ville rose. « L’idée, c’est que tous les véhicules qui en repartent soient propres », explique Philippe Wahl, le PDG du groupe La Poste qui fait partie du consortium* qui gère déjà le Marché d’intérêt national voisin, notre Rungis à nous, finance le projet et sera aux manettes de ce centre mutualisé.

Mais comment La Poste va-t-elle convaincre ses concurrents transporteurs de passer par elle ? « Je ne suis pas inquiet sur ce point, assure le responsable, car pour un transporteur le dernier kilomètre représente 20 à 30 % du coût final », avec les tours, les détours et les difficultés de stationnement.

En raison des synergies avec le MIN, les premiers convois « décarbonés » transporteront essentiellement des palettes de produits agroalimentaires. Mais aussi des colis.

La révolution dans les horaires de livraison

Pour l’heure, et en théorie, les livraisons par des véhicules à essence sont interdites entre 6heures et 9h30 puis de midi à 20heures dans l’hypercentre de Toulouse. Avec une grosse flotte mutualisée de véhicules électriques, les cartes pourraient être rebattues.

« Faire que toutes les marchandises entrent, sortent et circulent dans la ville, tous les jours, 24 heures sur 24, sans accroître le nombre de véhicules et sans engorger les voies de circulation, voilà un enjeu important pour le futur », se réjouit le maire, Jean-Luc Moudenc (LR). Même la pollution sonore pourrait être atténuée, celle des moteurs, mais aussi celles des coups klaxons que provoque inévitablement la moindre livraison.

*Lumin' Toulouse qui réunit Semmaris, Poste Immo et la Caisse d'Epargne.