Haute-Garonne : Pour rompre l’isolement, une téléassistance gratuite disponible 24h/24 unique en France

SOCIAL Pour rompre l’isolement, le département de la Haute-Garonne propose une téléassistance gratuite et disponible 7j/7 et 24h/24, un dispositif unique en France

Keltoum Lehbab

— 

Illustration d'une plateforme téléphonique, à Toulouse.
Illustration d'une plateforme téléphonique, à Toulouse. — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

Glisser dans sa baignoire, tomber en pleine nuit en se rendant aux toilettes ou en allant se chercher un verre d’eau. Les personnes âgées ou handicapées sont particulièrement exposées à ces accidents domestiques. Pour rompre leur isolement, il existe des dispositifs d’assistance.

Notamment celui mis en place il y a quelques années par le conseil départemental de Haute-Garonne baptisé «Téléassistance 31». Il compte aujourd’hui 25.320 abonnés et sa cinquantaine d’opérateurs a déjà reçu plus 150.000 appels entrants.

La collectivité est la seule en France à proposer un service de téléassistance gratuit, disponibles 7j/7 et 24h/24. Elle a décidé de l’améliorer en proposant notamment un service de soutien psychologique. « En tant que gériatre, je confirme que l’isolement et la solitude engendrent des pathologies », a expliqué George Méric, président du Conseil départemental.

De nouveaux moyens technologiques viennent d’être déployés avec la mise en place d’accessoires, comme ces boîtes à clé sécurisées installées sur les devantures des logements, pour permettre aux secours d’intervenir rapidement à l’intérieur en cas d’urgence.

Téléphone géolocalisé

Un nouveau dispositif qui fait « le choix de s’adapter aux besoins de chaque usager », a souligné pour sa part Alain Monteux, dirigeant de l’entreprise Vitaris. C’est elle qui est chargée de déployer ce service de téléassistance.

Ainsi, les abonnés peuvent désormais être équipés d’un téléphone mobile géolocalisé disposant d’une touche SOS s’ils souscrivent à l’offre payante de 7,20 euros/mois.

Six mois après l'Assemblée, le projet de loi vieillissement débattu au Sénat