Toulouse : Consigne, restaurant… comment Midica compte résister aux géants mondiaux

COMMERCE A Toulouse, le grand magasin Midica, ouvert en 1946, cultive son indépendance et assure que c’est le secret de sa longévité. Mais il doit s’adapter

H.M.

— 

La magasin  Midica occupa la place Esquirol depuis 73 ans.
La magasin Midica occupa la place Esquirol depuis 73 ans. — Studio Ze

Il n’y a pas une génération de Toulousains qui n’a pas un jour ou l’autre acheté une ampoule, un tournevis ou un objet tendance chez Midica. A l’heure d’Ikea et des autres géants de la déco, le grand magasin de la place Esquirol​ résiste encore et toujours. Depuis 73 ans, et l’ouverture par un certain Marcel Garrigou de « Midica Outchouc », qui à l’époque vendait essentiellement des bottes et des tuyaux.

La recette ? « Le magasin a toujours été populaire On est indépendant, on est libre et les 25.000 références qui sont présentées, c’est nous qui les avons choisies », répond Olivier Garrigou, le petit-fils de Marcel, désormais aux manettes avec la responsabilité d’une centaine de salariés.

Restaurant mystère

« Nous avons toujours su évoluer aussi », ajoute celui qui vient de lancer une consigne où l’on peut laisser cabas et trottinettes, d’ouvrir un « univers enfants » et qui teste la livraison écolo à domicile dans l’hypercentre. Est-ce les appétits du géant suédois pour les centres-villes en général qui a servi d’aiguillon dans ces vastes transformations engagées malgré « les centaines de milliers d’euros de chiffre d’affaires perdus en raison du mouvement des "gilets jaunes" » ? « Est-ce qu’on craint Ikea ? Non. Depuis 73 ans, des enseignes dangereuses on en a vu surgir, assure le patron quadragénaire. Par contre, il y a un impératif, c’est de s’adapter ».

Après le grand lifting du magasin, la prochaine « adaptation » à l’air du temps sera l’ouverture au mois de novembre d’un restaurant atypique au quatrième et dernier étage du magasin. « Ce sera un espace hors du monde et du tourbillon du centre-ville », lâche seulement Olivier Garrigou, qui veut maintenir le suspense.