Toulouse : La drôle de nuit de Blanche, une octogénaire égarée probablement secourue par des sans-abri

BELLE HISTOIRE A Toulouse, Blanche, une octogénaire atteinte d’Alzheimer, s’est volatilisée de l’hôpital et n’est réapparue que le lendemain. Ses proches pensent qu’elle a été recueillie par des sans-abri

Hélène Menal

— 

Un sans-abri à Toulouse. Illustration
Un sans-abri à Toulouse. Illustration — Alexandre GELEBART/REA
  • Blanche, âgée de 81 ans et souffrant d’Alzheimer, a disparu lundi de l’hôpital de Toulouse.
  • Elle est réapparue le lendemain matin, saine et sauve.
  • Ses proches pensent qu’elle a été recueillie par des sans-abri qui lui ont notamment donné des vêtements de rechange.

Cette histoire-là se termine bien. C’est celle de Blanche, octogénaire bavarde, liante et pomponnée atteinte de la maladie d’Alzheimer. Lundi 2 septembre, elle s’est volatilisée du service de gériatrie du CHU de Purpan à Toulouse. « L’hôpital nous a prévenus à 14h20 », relate Céline, son auxiliaire de vie, qui figure avec les proches de Blanche dans les numéros d’urgence à contacter. Pour elle et la famille, la fin de la journée et la nuit blanche qui a suivi se sont déroulées dans l’angoisse : recherches sur le terrain, appel sur les réseaux sociaux, échanges avec la police.

Le soulagement n’est intervenu que le lendemain matin quand une institutrice a trouvé Blanche désorientée devant une école du Mirail et a prévenu la police. Quand elle a quitté Purpan, l’octogénaire était vêtue d’un legging bleu foncé et d’un haut fleuri. Elle a été retrouvée en soutien-gorge, le sien, et en short blanc « de foot » avec « un collant coupé en shorty en guise de culotte ». Elle avait toujours ses bijoux sur elle.

« On les remercie parce qu’ils ont pris soin d’elle »

A force de discuter avec sa protégée, Céline livre avec l’accord de la famille, ce qu’elle a pu reconstituer de la nuit de Blanche : « Elle dit qu’elle a dormi dehors avec des gens dans un endroit où elle a eu envie de faire le ménage, confie l’auxiliaire de vie. Je pense qu’elle s’est probablement salie et qu’elle est tombée sur des sans-abri qui l’ont aidée avec le peu qu’ils avaient. Et on les remercie, parce qu’ils ont pris soin d’elle ».

Pour Céline, Blanche, qui avait déjà exprimé le souhait de quitter l’hôpital où elle avait été admise le jeudi après plusieurs chutes, a dû vouloir rentrer en bus à son domicile de Cugnaux, au sud-ouest de Toulouse. Bien que déboussolée, elle a pu vouloir prendre le bus pour cette commune au départ de Basso-Cambo ce qui expliquerait sa trajectoire vers le Mirail.

La vieille dame a finalement regagné son domicile mercredi. « Elle est secouée et n’a pas beaucoup d’appétit », confie Céline qui l’occupe du mieux qu’elle peut pour lui remonter le moral.