Toulouse : Un député LREM visé par une plainte pour harcèlement et agression sexuelle

JUSTICE Pierre Cabaré, député LREM de la 1re circonscription de la Haute-Garonne, fait l’objet d’une enquête préliminaire après qu’une ex-collaboratrice a déposé plainte contre lui pour harcèlement et agression sexuelle

H.M. avec AFP

— 

Pierre Cabaré, député LREM sur la 1ere circonscription de Haute-Garonne.
Pierre Cabaré, député LREM sur la 1ere circonscription de Haute-Garonne. — B. Colin / 20 Minutes
  • Selon France 3 Occitanie, Pierre Cabaré, le député LREM de la 1re circonscription de la Haute-Garonne est visé par une enquête préliminaire.
  • Sa suppléante, et ex-collaboratrice, aurait déposé plainte pour harcèlement moral et sexuel, et agression sexuelle.
  • Le député n’était pas joignable ce mercredi.

Les policiers du SRPJ de Toulouse enquêtent depuis plusieurs semaines sur Pierre Cabaré, le député LREM de la 1re circonscription de Haute-Garonne selon une information révélée par France 3 Occitanie ce mercredi.

Le parquet aurait ouvert une enquête préliminaire après la plainte d’une ex-collaboratrice pour harcèlement moral et sexuel ainsi que pour agression sexuelle. La plaignante, qui est aussi la suppléante de Pierre Cabaré, a été salariée comme attachée parlementaire avant d’être licenciée.

France 3 Occitanie décrit aussi « une ambiance délétère » dans l’équipe du député qui a enregistré le départ de cinq collaborateurs, dont un aurait été licencié pour s’être élevé contre les comportements décrits dans la plainte.

Fronde des assistants au Palais-Bourbon

Pierre Cabaré, « occupé dans l’hémicycle » n’était pas joignable pour répondre ce mercredi aux questions de 20 Minutes. Mais longuement interviewé par France 3 Occitanie, il affirme que c’est « par ressentiment » que son ex-assistante a porté plainte contre lui à la suite de son licenciement. « Je saurai réagir quand j’aurai connaissance de la plainte et je me réserve le droit de porter plainte moi-même contre toute personne qui porte atteinte à mon intégrité », ajoute-t-il. Un communiqué est tombé dans la soirée: «En raison des fausses accusations, rumeurs et malveillances dont je fais l'objet, j'ai bien avant les publications qui relayent les dites allégations, déposé plainte pour dénonciation calomnieuse et fausse attestation», y explique le parlementaire.

Après ces révélations, l’intersyndicale des collaborateurs de l’Assemblée nationale a réclamé mercredi une réunion d’urgence au président de celle-ci, Richard Ferrand (LREM), ainsi qu’aux huit présidents des groupes politiques « Il est en effet nécessaire de tout mettre en œuvre auprès des députés et des collaborateurs, non seulement au Palais-Bourbon mais aussi en circonscription, pour s’assurer de la réelle pris en compte des cas de harcèlement moral ou sexuel en matière de prévention et de sanctions », écrit l’intersyndicale.

Pataquès autour d’une investiture

Pierre Cabaré est issu du mouvement écologiste Cap21. En 2003, il avait été condamné à un an d’inéligibilité pour des irrégularités dans ses comptes de campagne aux législatives de 2002. Un passif que le prothésiste dentaire avait omis de mentionner en 2017, au moment de son investiture par LREM. Cet oubli a créé un véritable pataquès entre les instances locales et les instances nationales qui ont tenté de le désinvestir alors que les affiches de campagne étaient déjà imprimées.

Dans les faits, Pierre Cabaré a toujours siégé dans le groupe LREM. Il est vice-président de la délégation de l’Assemblée nationale aux droits des Femmes.