Toulouse: Le CHU recherche des ex (et gros) fumeurs pour une étude innovante

SANTE Le CHU de Toulouse recherche des volontaires pour participer à une étude innovante sur le traitement de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), la maladie du fumeur

Helene Menal

— 

La BPCO, forme de bronchite chronique du fumeur, touche de plus en plus de femmes, de plus en plus jeunes.
La BPCO, forme de bronchite chronique du fumeur, touche de plus en plus de femmes, de plus en plus jeunes. — PURESTOCK/SIPA
  • La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) touche trois millions de fumeurs en France.
  • Le CHU de Toulouse participe à une étude internationale pour tester un nouveau traitement.
  • Il recherche des volontaires, forcément ex-fumeurs, forcément atteint de BPCO.

Au moins votre grosse toux de fumeur servira à autre chose qu’à vous empoisonner la vie. Le CHU de Toulouse recherche des ex-accros au tabac déjà atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), la fameuse maladie du fumeur qui touche près de trois millions de Français. Il existe des traitements pour améliorer ses symptômes ou ralentir sa progression mais aucun pour l’éradiquer totalement.

Jusqu’à présent du moins. Car une société américaine a mis au point un procédé innovant et non-médicamenteux qu’il souhaite tester lors d’un essai international de grande envergure à partir du mois de septembre. Le service pneumologie du CHU de Toulouse a été choisi pour y prendre part.

« Dénervation pulmonaire »

Le principe de cette nouvelle thérapeutique consiste, en gros, à introduire une sonde dans la bouche des patients et à détruire par la chaleur une partie des nerfs bronchiques situés dans les poumons.

Parmi les volontaires, une partie devra se soumettre à cette « dénervation pulmonaire par radiofréquence » tandis que l’autre continuera à suivre son traitement classique contre la BPCO (mais pourra bénéficier de l’innovation après un an de suivi).

Les volontaires doivent répondre à plusieurs critères, dont :

  • Etre âgé de 40 à 75 ans
  • Avoir cessé de fumer depuis au moins deux mois
  • Suivre le traitement conventionnel de la BPCO
  • Avoir eu des complications de la maladie au moins deux fois dans l’année

D’autres critères médicaux sont requis. Les personnes intéressées peuvent prendre contact directement avec Nicolas Guibert, pneumologue à l’hôpital Larrey (guibert.n@chu-toulouse.fr) ou par l’intermédiaire soit de leur médecin traitant, soit de leur pneumologue.