Toulouse: Deux universitaires suspendus à vie pour le harcèlement sexuel et moral de leurs étudiantes

UNIVERSITE L’Université Toulouse Jean-Jaurès vient de prononcer l’interdiction définitive d’exercer pour deux professeurs d’arts plastiques accusés par des étudiantes de harcèlement sexuel

Helene Menal

— 

L'Université Jean-Jaurès, à Toulouse, campus du Mirail.
L'Université Jean-Jaurès, à Toulouse, campus du Mirail. — B. Colin

Le couperet est tombé et leur carrière universitaire est probablement terminée. L'université Toulouse 2 Jean-Jaurès vient de sanctionner deux de ses enseignants en arts plastiques pour harcèlement sexuel et moral d’une douzaine de leurs étudiantes.

Ils se voient appliquer « une interdiction définitive d’exercer des fonctions d’enseignement ou de recherche dans tout établissement public d’enseignement supérieur », autrement dit la plus lourde sanction qui peut être prononcée en interne, précise la présidence de l’université.

« Pratiques pédagogiques contraires à la déontologie »

« Au terme des instructions par les commissions disciplinaires, chacun des enseignants a été reconnu coupable de pratiques pédagogiques contraires à la déontologie de l’enseignant, ayant pour conséquence de placer les étudiantes dans une situation de harcèlement moral et sexuel », détaille la direction, sollicitée par 20 Minutes.

Cette affaire avait été soulevée par l'Union des étudiantEs de Toulouse (UET) qui avait alerté la présidence de l’université et recueilli les témoignages des étudiantes victimes.

« C’est un soulagement pour les victimes, qui n’auront plus à subir les agissements de ces deux enseignants. C’est une victoire pour toutes celles et ceux qui se battent pour la reconnaissance du harcèlement sexuel et moral à l’université, et contre les violences sexistes », réagit l’UET sur sa page Facebook.

La sanction prononcée s’applique « immédiatement ». Mais les enseignants concernés ont encore la possibilité de faire appel auprès du Conseil national supérieur de l'enseignement et de la recherche (Cneser).