Toulouse: 25 ans après la première Marche des Fiertés, «les combats ne sont pas terminés»

PRIDE Samedi, 25 ans après la première édition, la Marche des Fiertés aura lieu dans les rues de la Ville rose. Près de 30.000 personnes sont attendues pour défendre les droits LGBT

B.C.

— 

Comme l'an dernier, le Pont-Neuf sera illuminé aux couleurs arc-en-ciel à l'occasion de la Marche des Fiertés.
Comme l'an dernier, le Pont-Neuf sera illuminé aux couleurs arc-en-ciel à l'occasion de la Marche des Fiertés. — P. Nin / Mairie de Toulouse

Tout un symbole de l’évolution des mentalités. Ce samedi, à l’occasion de Marche des Fiertés toulousaine, le Capitole et le Pont-Neuf seront illuminés aux couleurs arc-en-ciel dans la soirée.

Pour cette 25e édition, les organisateurs attendent près de 30.000 personnes. Pour la première fois, la mairie, le conseil départemental et la région auront leur propre char, tout comme Airbus dont un groupe de salariés a décidé de défiler dans les rues de la Ville rose.

Parmi les militants de la cause LGBTQI +, Monica Benicio, la compagne de l’élue brésilienne Marielle Franco, assassinée en mars 2018, sera présente. Tout comme Eric Pineault, le président de Fierté Montréal.

« Ce qui se passe au Brésil doit nous inquiéter, les combats ne sont pas terminés, il y a toujours des cas de discrimination et nous ne sommes pas à l’abri d’une remise en cause des droits et libertés », relève Jérémy Perrard de l’association Pride Toulouse.

Villages, concerts

Des revendications qui seront portées tout au long de la déambulation samedi, qui doit partir du Capitole à 14h30, passer par la rue Alsace, les boulevards et la rue de Metz, avant de rejoindre le village associatif devant la mairie.

Dès vendredi, un concert sera donné au conseil régional pour fêter cet événement, 50 ans après la révolte de la communauté LGBT de Stonewall contre la répression policière.