Toulouse: Les deux comparses faisaient leurs (grosses) courses sans payer

FAITS DIVERS Leur technique (presque) imparable leur permettait de repartir avec des chariots pleins sans passer en caisse. Deux trentenaires viennent d’être condamnés à Toulouse

H.M.

— 

Chariot de supermarché. Image d'illustration.
Chariot de supermarché. Image d'illustration. — DURAND FLORENCE/SIPA

Champagne, whisky, électroménager… Les deux trentenaires ont eu beau expliquer au tribunal qu’ils volaient « par nécessité », l’argument a sonné plutôt faux. La Dépêche du Midi raconte dans son édition du jour le procès de ces deux Perpignanais venus trois samedis consécutifs à Saint-Orens, dans la banlieue de Toulouse, pour « piller » un hypermarché Leclerc.

Leur technique était plutôt bien rodée. Après avoir écumé les rayons, ils repéraient une caisse fermée. L’un faisait le guet puis, au moment opportun, ouvrait le portillon et donnait le signal à son complice pour passer, ni vus, ni connus. Le stratagème a marché deux fois, à la troisième, le samedi 25 mai, ils se sont fait pincer avec 3.300 euros de marchandises dans leur chariot.

Le tribunal a condamné l’un des voleurs, celui au plus impressionnant casier judiciaire, à un an de prison ferme. Son comparse a écopé de sept mois de prison sans mandat de dépôt.