Vue d'artiste de la 3e ligne de métro de Toulouse.
Vue d'artiste de la 3e ligne de métro de Toulouse. — Tisseo

MOBILITES

Toulouse: Crapauds, arbres, air... cinq choses à savoir sur l'impact de la 3e ligne de métro avant l'enquête publique

Alors que l’enquête publique sur la troisième ligne de métro s’ouvre ce jeudi, Tisséo a présenté son impact sur l’environnement

  • L’enquête publique sur la troisième ligne de métro débute ce jeudi.
  • Pour convaincre, Tisséo dégaine des arguments chiffrés sur l’impact environnemental du projet.
  • Avec notamment, une baisse attendue du trafic automobile le long du tracé.

Elle ne verra le jour qu'en 2025, mais les Toulousains auront leur mot à dire sur la 3e ligne de métro dès ce lundi. L’enquête publique sur ce projet va en effet avoir lieu du 6 juin au 18 juillet et devrait déboucher d’ici le début d’année prochaine sur une « déclaration d’utilité publique ».

Elle sera l’occasion pour les riverains d’émettre leur avis sur cette infrastructure de 27 km de long, baptisée «Toulouse Aerospace Express» (TAE) qui reliera Labège à Colomiers et doit coûter 2,67 milliards d'euros.

Ils pourront aussi s’exprimer sur la desserte « Aéroport Express », qui va remplacer le tramway entre la station Jean-Maga et l’aérogare de Toulouse-Blagnac en mettant 6 minutes pour faire la jonction, et sur le prolongement de la ligne B qui permettra la connexion avec TAE.

Le tracé de la future 3e ligne de métro toulousaine baptisée Toulouse Aerospace Express.
Le tracé de la future 3e ligne de métro toulousaine baptisée Toulouse Aerospace Express. - Tisséo

Pour les élus de Tisséo-Collectivités, l’un des arguments phares pour porter ce projet est celui de son impact sur l’environnement. Au lendemain des Européennes, et alors que le score des écologistes est au plus haut à Toulouse, cela a son importance.

Réduction du trafic automobile

L’un des principaux objectifs des projets de transport en commun est de réduire le trafic automobile. Cela a été le cas le long du tracé des deux précédentes lignes de métro. «Quand la ligne B a ouvert, cela s’est aussi traduit par la suppression chaque jour du passage dans les deux sens de circulation de 200 bus sur la rue Alsace », rappelle Jean-Michel Lattes, le président de Tisséo-Collectivités.

L’objectif de la ligne TAE​ est de transporter chaque jour 200.000 voyageurs, et de tripler la donne à terme. Autant de gens qui ne prendront plus leur voiture pour effectuer le trajet. Un minimum de 250.000 km parcourus en voiture devraient être économisés chaque jour dans l’agglomération.

Moins de gaz à effet de serre

Le métro étant tout électrique, les émissions de gaz à effet de serre seront réduites selon Tisséo-Ingénierie, en charge de la construction de la ligne.

D’après ses estimations, la ligne permettra de réduire de 28.700 tonnes chaque année les émissions de CO2, de 50,6 tonnes celles de dioxyde d’azote et de 7,3 tonnes les particules fines PM10.

Au-delà de l’impact sur la qualité de l’air extérieur, Tisséo planche sur celle de l'ai à l'intérieur des stations. En relation avec une start-up, elle est en train d’étudier la meilleure façon de récupérer les particules fines, en provenance notamment du freinage des rames. L’utilisation du freinage électrique est déjà une première réponse « puisqu’il permet de réduire le frottement et les émissions », indique Francis Grass, le président de Tisséo-Ingénierie.

Des arbres et moins d’îlots de chaleur

Si 280 arbres doivent être abattus dans le cadre de la construction de TAE, Tisséo s’engage à en replanter 5.000 tout au long de la ligne, que ce soit sous les viaducs où circulera la ligne ou dans les espaces publics à proximité.

« Nous allons aussi choisir des matériaux clairs pour éviter la réflexion de la chaleur et les îlots de chaleur. Alors que l’on parle beaucoup de la ressource en eau, nous allons réduire les surfaces imperméables », enchaîne Francis Grass qui vise la labellisation « Haute qualité environnementale ».

Les crapauds vont déménager

Durant deux ans, les naturalistes ont fait des investigations pour connaître la faune et la flore qui sont sur le tracé et donc impactés par les travaux. Ils ont trouvé des crapauds calamites, une espèce protégée, en grand nombre dans le secteur de Blagnac et à Labège. Près de l’aéroport, côté oiseau, l’œdicnème criard est très présent et à Labège côté insecte, on trouve des grands capricornes.

Au total, 9 hectares d’habitat naturel sont concernés. Des mesures de compensation sur 17 hectares sont prévues pour préserver ces espèces.

Développer les autres modes doux

Au-delà des 2.850 places de parkings créées près de certaines stations pour les automobilistes, Tisséo envisage de créer sur la ligne 1.500 places de vélos. « Nous voulons aussi développer les autres modes comme l’autopartage, le covoiturage, les taxis partagés », poursuit Francis Grass.