Toulouse: Ils gagnaient entre 15.000 et 20.000 euros par jour, un réseau de drogue démantelé au Mirail

ENQUETE Un gros point de deal a été démantelé la semaine dernière à Toulouse, dans le quartier de Bellefontaine. Douze suspects ont été mis en examen

Helene Menal

— 

De la cocaïne. Illustration.
De la cocaïne. Illustration. — Fernando Antonio/AP/SIPA
  • Un point de deal a été démantelé la semaine dernière dans le quartier toulousain de Bellefontaine, au Mirail.
  • Douze personnes ont été mises en examen, dont dix dorment en prison.
  • Il y a eu plus de 1.000 arrestations en lien avec la drogue depuis le début de l’année à Toulouse.

Neuf véhicules de luxe, plus de 30.000 euros, 7,5 kg de cannabis et 3 kg de cocaïne. C’est la longue liste des scellés récoltés après un vaste coup de filet opéré le mardi 21 mai à Toulouse, dans le quartier de Bellefontaine.

Après plus d’un an d’enquête et de surveillance, l’opération menée par la brigade des stupéfiants sur commission rogatoire d’un juge d’instruction visait un point de deal situé dans le secteur du fameux passage Duhamel. D’après Dominique Alzeari, le procureur de la République de Toulouse, les acteurs de ce réseau gagnaient « entre 15.000 et 20.000 euros par jour ».

Les enquêteurs ont frappé simultanément dans plusieurs domiciles de Bellefontaine, du quartier voisin de la Reynerie et en périphérie de Toulouse. « En tout, 19 personnes, parmi lesquelles quatre femmes et deux mineurs, ont été interpellées », a indiqué ce lundi Kevin Gutter, le directeur adjoint de la Sûreté départementale. Sept sont ressorties libres tandis que douze autres ont été mises en examen pour « association de malfaiteurs » et « trafic de stupéfiants ». Dix suspects dorment en prison.

Tactique de harcèlement

Pour le procureur de la République, cette affaire illustre la « tactique mise en place dans les quartiers de reconquête républicaine (QRR) », qui consiste à mailler le terrain et à gêner le trafic grâce à une surveillance constante.

Depuis le début de l’année, 1.006 personnes ont été interpellées à Toulouse en lien avec des affaires de stupéfiants et un million d’euros d’avoirs criminels ont été saisis. La drogue et les guerres de territoires qui vont avec entraînent aussi une succession de règlements de comptes sanglants. Le 4 mai, un jeune de 20 ans a été froidement abattu au pied de son immeuble.