VIDEO. Toulouse: Pour les concerts de Bigflo & Oli, le Stadium subit une transformation express et XXL

MUSIQUE Pour accueillir vendredi et samedi Bigflo & Oli, le Stadium a été complètement métamorphosé, 27 ans après le dernier concert

Beatrice Colin

— 

Le Stadium de Toulouse accueille les 24 et 25 mai 2019 un concert de Bigflo & Oli, 27 ans après Mickaël Jackson.
Le Stadium de Toulouse accueille les 24 et 25 mai 2019 un concert de Bigflo & Oli, 27 ans après Mickaël Jackson. — B. Colin / 20 Minutes
  • Bigflo & Oli donnent deux concerts au Stadium, vendredi et samedi soir.
  • C’est la première fois depuis 27 ans, et un concert de Michael Jackson, que le Stadium est ainsi transformé.
  • Pour pouvoir accueillir les deux spectacles, la pelouse a été scalpée et des rampes d’accès ont dû être créées.

Depuis le coup de sifflet final de TFC-OM, samedi dernier, des dizaines de personnes sont à pied d’œuvre pour transformer l’antre du TFC en scène de concert à ciel ouvert.

Après avoir rempli quatre Zénith l’an dernier, vendredi et samedi, Bigflo & Oli​ réaliseront leur rêve de gosses en se produisant devant leur public au Stadium de Toulouse, la ville de leur enfance.

Un challenge pour les équipes techniques puisque le « petit Wembley » n’avait plus accueilli de concert depuis 27 ans et la prestation d’un certain Michael Jackson. Et qu’elles ont eu moins de six jours pour accomplir leur mission. Les gros moyens ont donc dû être déployés pour opérer cette métamorphose.

En configuration normale, le Stadium peut accueillir jusqu’à 33.000 spectateurs. Là, il y a aura à peu près le même nombre de places mais seulement 15.000 en tribunes et plus de 17.000 fans dans la fosse. Ces derniers, bien installés face à la scène de 50 mètres de large sur 21 m de hauteur, ne fouleront pas directement la pelouse.

Pelouse et sécurité

« Immédiatement après TFC-OM nous avons scalpé la pelouse, ce que nous faisons habituellement en fin de saison. Au niveau de la scène, nous avons installé des plaques lourdes qui permettent d’accueillir 40 tonnes. Là où sera le public, des plaques plus légères ont été disposées pour laisser respirer la pelouse », détaille Jean-Philippe Bertrand, responsable technique à la direction des sports à la Métropole, propriétaire de l’enceinte.

Mais au-delà de la pelouse de 1.000 m2, des aménagements ont dû être réalisés pour assurer les conditions de sécurité du public. Pour faciliter son évacuation, trois sorties de secours ont été ouvertes grâce au démontage des gradins et les mains courantes ont été supprimées. Des sièges ont aussi été enlevés pour élargir les marches d’escalier.

Des rampes ont été construites et des grues ont permis d’acheminer le matériel. Un travail titanesque qui a mobilisé une quarantaine d’agents de la Métropole et autant de sous-traitants. Sans parler de la production et des personnes en charge de monter la scène.

Vendredi et samedi, près de 400 personnes seront en place pour que tout se passe dans de bonnes conditions.

« Les grands événements, ce n’est pas comme un match de fin de semaine, il faut un vrai savoir-faire et nous avons fait appel à des professionnels sachant gérer les concerts dans les stades. Il y avait la question épineuse de la pelouse et des contraintes de calendrier », explique Francis Grass, président de la commission Culture de Toulouse Métropole.

D’autres concerts ?

Malgré tous ces points soulevés, le choix a été fait de répondre à la demande des deux rappeurs car « ce sont des artistes toulousains qui ne perdent jamais une occasion de parler de leur ville » poursuit l’élu.

Il ne manquera pas de tirer un bilan de ce test grandeur nature pour savoir si l’expérience pourra être reproduite à l’avenir. Que ce soit en termes d’organisation ou d’un point de vue financier. Car si la collectivité a loué le Stadium aux mêmes conditions que pour le TFC, soit 120.000 euros les deux jours et 5 % de la recette, il faudra voir si toutes ses dépenses ont couvert cette somme.

Reste à savoir aussi si des artistes d’envergure seront prêts à faire un détour par Toulouse, qui a une capacité moindre que le «Matmut Atlantique» qui se prépare à accueillir Ed Sheeran le 29 mai, avant Muse en juillet et après Céline Dion il y a deux ans. ​