VIDEO. Toulouse: Voilà à quoi pourraient ressembler les berges du Canal du Midi (va y avoir du changement)

URBANISME A l’occasion du forum « Toulouse patrimoine d’avenir », le maire de Toulouse a dévoilé un projet d’aménagement des berges du Canal du Midi et de Brienne

B.C.

— 

Une plateforme recouvrira les poutres en béton de l'écluse Bayard, face à la gare Matabiau.
Une plateforme recouvrira les poutres en béton de l'écluse Bayard, face à la gare Matabiau. — Agence BAU B.

Du côté de la gare Matabiau, les travaux d’aménagement du parvis et des berges du Canal du Midi ont débuté il y a quelques mois déjà. D’ici à la fin de l’année, une plateforme en bois léger devrait voir le jour au niveau de l’écluse.

C’est le premier coup de crayon donné aux berges. Mais vraisemblablement pas le seul. A l’occasion de la troisième édition du forum « Toulouse patrimoine d’avenir », la maire de la Ville rose, Jean-Luc Moudenc, a dévoilé ce pourraient être à l’avenir le Canal du midi et de Brienne.

Adieu les trémies

Les idées d’aménagement de l’urbaniste catalan, tout comme le résultat de l’étude d’aménagement et des valorisations des canaux réalisée par AXP Ubicus, ont nourri ce projet.

Pour redonner la place aux piétons, des espaces doux seraient développées, la place de la végétation densifiée.

Et les trémies situées sur les allées de Brienne et en face du bâtiment de la Sécurité sociale pourraient être supprimées selon la vidéo diffusée sur la page Facebook de la mairie. Reste à savoir comment seraient alors gérés les flux de circulation, obligés de se reporter ailleurs.

Une vidéo sur les berges qui n’est pas vraiment du goût de tous les riverains. En particulier les opposants à la construction de la tour Occitanie, ce bâtiment de 150 m de haut située à proximité de la gare et que l’on ne voit pas sur les images.

« Le projet de la tour Occitanie est absent et volontairement escamoté. Le maire de Toulouse aurait-il honte de présenter aux Toulousains son projet de gratte-ciel dans ses propres documents officiels ? », interroge le collectif « non au gratte-ciel de Toulouse ».