Les étudiants de Paul-Sabatier feront de la médiation scientifique au sein du futur observatoire installé sur leur campus.
Les étudiants de Paul-Sabatier feront de la médiation scientifique au sein du futur observatoire installé sur leur campus. — Ben Curtis/AP/SIPA

IN SPACE

Toulouse: La tête dans les étoiles, ils vont construire le premier observatoire astronomique 100 % étudiant de France

A l’occasion des dix ans de leur association, les étudiants de «UPS in Space» lancent la campagne de financement du futur observatoire astronomique de Paul-Sabatier, le premier de France 100 % étudiant

  • L’association «UPS in Space», le club d’astronomie étudiant de l’Université Toulouse III, fête ses dix ans à partir de lundi.
  • A cette occasion, ses membres lancent une campagne sur Ulule pour financer le premier observatoire astronomique 100 % étudiant de France.
  • Il sera créé sur le toit d’un futur bâtiment du campus, servira aux recherches des étdudiants comme des  amateurs, mais aussi à de la médiation scientifique.

Ils ont la tête dans les étoiles mais les pieds bien sur Terre. Depuis dix ans, des étudiants de l’Université Paul-Sabatier animent un club d’astronomie baptisé « UPS in Space ».

Jusqu’à présent, ces passionnés d’étoiles organisaient régulièrement des observations sur leur campus ou au Pic du Midi, ainsi que des conférences grand public sur les thèmes de l’astrophysique et du spatial.

Pour aller plus loin, et éviter de déplacer leur matériel continuellement, ils ont décidé de se lancer dans la construction du premier observatoire astronomique 100 % étudiant de France. « Il existe des observatoires dans d’autres universités, mais ils sont portés par des laboratoires ou l’université, pas par les étudiants directement », explique Hadrien Dupuis, le président de l’association qui fête à partir de lundi et durant deux jours ses dix ans d’existence.

Leur future coupole devrait voir le jour d’ici à la fin de l’année 2020. Elle sera construite à 13 m de hauteur, sur le toit de la future Maison des étudiants et du personnel, dont le chantier doit débuter le mois prochain.

Campagne Ulule

Si le bâtiment est payé directement par l’Université, à l’association de trouver les financements qui lui permettront d’équiper l’observatoire du matériel adéquat et de haute précision, au moins aussi bon que celui présent à la Cité de l’espace.

« Il permettra de détecter des exoplanètes, des astéroïdes, de faire de la photographie de haute résolution et servira aux recherches scientifiques des étudiants et des amateurs. Il nous permettra aussi de faire de la médiation scientifique à travers des partenariats avec des lycées », avance Hadrien, lui-même étudiant en licence de physique.

Pour rassembler une partie des 100.000 euros nécessaires à l’achat, entre autres, du télescope, ils lancent ce lundi sur la plateforme Ulule une campagne de financement participatif et espèrent collecter d’ici trois mois. Pour les accompagner dans la gestion, ces étudiants passionnés recevront l’appui des chercheurs de l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (Irap) et de l’Observatoire Midi-Pyrénées.