VIDEO. Toulouse: La démolition de «l'immeuble de la honte» débute enfin au Mirail

TRAVAUX Les travaux de démolition des Castalides, «l’immeuble de la honte», ont débuté, six ans après l’évacuation de cet habitat indigne

Beatrice Colin

— 

Début des travaux de démolition des Castalides, baptisé l'immeuble de la honte.
Début des travaux de démolition des Castalides, baptisé l'immeuble de la honte. — B. Colin / 20 Minutes
  • Une immense pelle mécanique a commencé à grignoter ce mardi Les Castalides, ancienne copropriété de 399 appartements, baptisée « l’immeuble de la honte ».
  • Ce chantier va coûter 3,5 millions d’euros à Toulouse Métropole.
  • Après la fin de la démolition, une phase de concertation débutera sur un nouveau programme immobilier, beaucoup moins haut, de l’accession sociale à la propriété mais aussi du privatif.

Près de six ans après son évacuation, les Castalides vont enfin disparaître du paysage toulousain. Une immense pelle mécanique a commencé à grignoter ce mardi cette ancienne copropriété de 399 appartements, baptisée « l’immeuble de la honte ».

Et les riverains sont là pour assister au spectacle. « C’est presque un jour de fête, nous attendions ça depuis longtemps, dans ce décor ça fait un peu verrue », explique Rose-Marie, conviée à assister au lancement du chantier qui va coûter 3,5 millions d’euros à Toulouse Métropole.

Au cœur de l’été 2013, les Castalides avaient défrayé la chronique. A l’époque, les habitants avaient décidé de dénoncer les conditions d’habitat indigne dans lequel vivaient de nombreux résidents, souvent victimes de marchands de sommeil.

Construite dans les années 1970 pour les étudiants de l’université du Mirail, cette copropriété s’est rapidement dégradée, jusqu'au mois d'août 2013 où ses habitants ont été évacués après un arrêté d’insalubrité pris par la préfecture.

Concertation sur le futur programme

L’une des difficultés pour les pouvoirs publics a été de racheter un à un les logements. Une démarche lancée dès 2006 et qui a coûté 5,5 millions d’euros, sans compter le gardiennage et les travaux de désamiantage qui a duré plus de deux ans.

Après la fin de la démolition, une phase de concertation débutera sur un nouveau programme immobilier, beaucoup moins haut, de l’accession sociale à la propriété mais aussi du privatif, rassure le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc. Selon un récent comptage de la ville, près de cinquante copropriétés dégradées ont été repérées et seront traitées au fil du temps.

Les Castalides évacuées à grand renfort de policiersDouloureux épilogue aux Castalides