Toulouse: La mairie veut planter 100.000 arbres et créer des «permis de végétaliser»

ENVIRONNEMENT Pour rendre la Ville rose plus verte, la mairie annonce la plantation de 100.000 arbres en 10 ans, en guise de « climatiseur naturels »

Helene Menal

— 

Sur les allées Jules-Guesde, à Toulouse. Illustration.
Sur les allées Jules-Guesde, à Toulouse. Illustration. — H. Menal - 20 Minutes
  • La mairie de Toulouse annonce son intention de planter 100.000 arbres en ville d’ici 2030.
  • Les habitants de chaque quartier vont aussi devoir sélectionner un site à végétaliser en priorité.
  • L’idée de couper les platanes des allées François-Verdier est abandonnée.

La Ville rose va se doter de 100.000 « climatiseurs » supplémentaires d’ici 2030. Des arbres en fait. Cette annonce a été faite dimanche par le maire, Jean-Luc Moudenc (LR), à la clôture du forum «Toulouse plus verte», destiné à recueillir les propositions des habitants pour « réintroduire la nature en ville ». « Un arbre à lui tout seul capte l’équivalent de 70 kg de particules fines par an » a rappelé l’édile, en plus de sa capacité à faire de l’ombre ou à filtrer l’eau de pluie. Si le chiffre annoncé est tenu, le rythme de plantation de ces dernières années – 15.500 arbres en quatre ans – sera donc « multiplié par trois ».

L’autre proposition est de créer un « permis de végétaliser ». Quartier par quartier, les habitants seront invités à choisir un lieu à verdir prioritairement pour en faire un îlot de fraîcheur.

Conseil scientifique

Une des propositions déposées par les habitants lors du forum

Et comme évidemment, la première chose à faire pour qu’il y ait davantage d’arbres est de ne pas en coupes, Jean-Luc Moudenc a profité de l’occasion pour éteindre la polémique sur l’éventuel abattage des platanes des allées François-Verdier dans le cadre de la construction de la 3e ligne de métro. « Ils seront bien entendu sauvegardés, assure-t-il. L’étude présentée n’avait pas été validée par les élus, personne ne peut cautionner cette opération ».

Il s’agit là d’un premier bouquet d’annonces. Les idées, parfois très critiques, présentées par les habitants au cours du forum vont être « digérées » par les services et transformées en « orientations ». Enfin, un « conseil scientifique de la nature en ville » va être installé. Il pourra être saisi par la collectivité, mais aussi par les associations ou les simples citoyens.