VIDEO. «Gilets jaunes» à Toulouse: Un coup de casque porté par un policier à un collègue devient viral

TENSIONS Signe que la fatigue gagne, la vidéo d’une violente dispute entre policiers toulousains en marge de l’acte 15 des « gilets jaunes » a agité le Web ce dimanche

H. M. (avec A.O.)

— 

Des policiers lors de l'acte 15 des «gilets jaunes».
Des policiers lors de l'acte 15 des «gilets jaunes». — F. Scheiber - Sipa

Le bilan officiel établi par la préfecture de l’acte 15 des « gilets jaunes » fait état de « trois blessés légers parmi les membres des forces de l’ordre ». Il ne dit pas si l’un de ces blessés est le policier victime d’un monumental coup de casque porté par un collègue, scène dont la vidéo a été partagée des milliers et des milliers de fois ce dimanche sur les réseaux sociaux.

On y voit les policiers rue Labeda, au centre-ville de Toulouse, tout près du boulevard Carnot, essuyer stoïquement les derniers quolibets des manifestants. Brusquement, un policier, casqué, se précipite sur un collègue qui vient de lui glisser un mot en passant et lui assène un violent coup de tête. Ensuite, les deux hommes s’empoignent tandis que leurs collègues et même un « gilet jaune » tentent de les séparer.

Il était « aux alentours de 20h30 et les deux hommes avaient déjà eu une discussion avant » raconte à 20 Minutes Véronique, l’auteure de la vidéo virale.

La « gilet jaune » convaincue ne connaît pas la raison de cet accès de colère, mais, dit-elle, « il est survenu après qu’on ait discuté pas mal avec les policiers. Certains nous ont souri, d’autres nous ont encouragés ». « On voit bien qu’ils sont fatigués, tout le monde est fatigué », ajoute-t-elle. Alors, désaccord sur l’attitude à adopter ?

Lundi, une source policière a confirmé à 20 Minutes que cette « altercation entre un subordonné et son supérieur » a bien eu lieu à Toulouse le samedi 23 février. « Une enquête interne a été ouverte pour en déterminer les circonstances », a-t-elle ajouté. En fonction du résultat, d’éventuelles sanctions pourraient être prises.