Toulouse: Les amoureux ont pu écrire leurs "je t'aime" pas pathétiques sur un banc public

URBAN CUPIDON Après celui de Ramonville, le quartier toulousain de la Cartoucherie accueille un banc où grâce au financement participatif chacun a pu faire graver des mots d’amour

B.C.

— 

Le premier banc Naelou installée dans le quartier toulousain de la Cartoucherie.
Le premier banc Naelou installée dans le quartier toulousain de la Cartoucherie. — Naelou

Ils y ont fait écrire leurs mots d’amour, ceux destinés à leur moitié ou à leurs enfants bien aimés. Depuis le 14 février, les habitants du quartier toulousain de la Cartoucherie peuvent s’asseoir sur des mots doux gravés sur un banc public.

Après Ramonville, la Ville rose accueille depuis le jour de la Saint-Valentin le deuxième banc Naelou. Créé par le Toulousain Kamel Secraoui, connu sous le pseudo « Chat maigre », il permet à chacun d’exprimer ses sentiments.

Connu pour avoir habillé le mobilier urbain de Lego ou stickers, le designer a décidé de donner un moyen d’expression légal aux gens. Comme pour un financement participatif, chacun peut avoir sa dédicace à raison d’un euro par caractère gravé. Cette fois-ci, ils sont 32 à s’être lancés.

Un projet soutenu par Oppida, l’aménageur de ce quartier neuf où l’on trouve de l’habitat participatif. Et c’est bien ce côté que l’artiste veut mettre en valeur. « Nous avons un autre projet à Ramonville où la mairie va offrir les dédicaces aux ateliers de lecture, le Stade toulousain va aussi en installer un d’ici quelques mois avec des dédicaces de supporters », explique Kamel Secraoui.

D’autres bancs cupidon devraient bientôt voir le jour à Gruissan, Ayguevives ou encore Revel. Et peut-être bientôt ailleurs.