Toulouse: Blessé lors de l'acte 12, un observateur de la Ligue des droits de l'Homme porte plainte

MANIFESTATION Samedi, lors de l’acte 12 des «gilets jaunes», un membre de l’Observatoire toulousain des pratiques policières a été blessé au front par un projectile tiré par les forces de l'ordre selon lui

B.C.

— 

Les membres de l'Observatoire des pratiques policières portent des chasubles jaune et bleu lors des manifestations.
Les membres de l'Observatoire des pratiques policières portent des chasubles jaune et bleu lors des manifestations. — F. Scheiber / SIPA

Plus de dix points de suture et un léger traumatisme crânien. Samedi, lors de l'acte 12 des «gilets jaunes» Jérôme a été sévèrement blessé au front alors qu’il portait un casque. Pourtant, ce membre de la Ligue des droits l’Homme (LDH) n’était pas au cœur de l’action.

Membre de l'Observatoire des pratiques policières (OPP) créé il y a deux ans à Toulouse, il se tenait en retrait comme c’est le cas de tous les observateurs qui portent comme lui une chasuble jaune et bleu.

Lundi, il a porté plainte auprès du procureur de la République pour « violences par personne dépositaire de l’autorité publique ».

« Pour nous il ne fait aucun doute sur le fait que le projectile ait été lancé par la police. Depuis un certain temps, les observateurs essuient des insultes, des gazages et maintenant un tir au frontal, c’est insupportable » dénonce Pascal Nakache, l’un des avocats de Jérôme.

Analyse de la vidéosurveillance ?

Pour lui, son client ne se trouvait pas dans une zone où des manifestants étaient violents et offensifs à l’égard des forces de l’ordre.

Il espère que le représentant du parquet ouvrira une information pour qu’un juge d’instruction puisse mener des auditions mais aussi faire vérifier les enregistrements des caméras de vidéosurveillance.