VIDÉO. Toulouse: Un «rempart» s'effondre en plein centre-ville et ensevelit des voitures

SPECTACULAIRE Un énorme pan de rempart s’est effondré mardi soir dans le centre-ville de Toulouse, ensevelissant des voitures qui, heureusement, étaient inoccupées…

Hélène Menal

— 

Plusieurs voitures ont été ensevelies par l'éboulement allées Jules-Guesde, à Toulouse.
Plusieurs voitures ont été ensevelies par l'éboulement allées Jules-Guesde, à Toulouse. — H. Menal - 20 Minutes

Les dégâts ne sont que matériels mais le résultat est spectaculaire. Mardi soir, un pan de mur d’environ dix mètres de haut s’est brutalement effondré sur les allées Jules-Guesde, en plein centre-ville de Toulouse. Les pompiers ont été appelés vers 22 heures et se sont immédiatement rendus sur place avec une équipe cynophile pour s’assurer qu’aucune victime n’était prisonnière sous les gravats.

Plusieurs véhicules garés sur la contre-allée ont été détruits, façon sculptures de César, par l’éboulement long d’une vingtaine de mètres.

Le mur effondré longeait les allées Jules-Guesde, entre le Palais de Justice et la maison de retraite Plénitude Saint-Michel.
Le mur effondré longeait les allées Jules-Guesde, entre le Palais de Justice et la maison de retraite Plénitude Saint-Michel. - Map4News

Le mur en question, en brique et galets, est situé entre le Palais de Justice et la Maison de retraite Plénitude Saint-Michel. « C’est un rempart historique datant du XIIIe siècle, inscrit à l’Inventaire des Monuments historiques siècle, indique Annette Laigneau, l’adjointe à l’Urbanisme. Il a été rehaussé au XIXe siècle et c’est cette partie plus récente qui s’est effondrée ». 

La faute au vent ?

Ancienne propriété de l’Etat, le rempart appartient désormais au bailleur social Les Chalets. Ce dernier est en train de construire des logements sociaux sur la parcelle attenante. «Notre priorité a été de mettre les lieux en sécurité et de dégager les gravats», indique le groupe.

En attendant l’expertise demandée par le propriétaire, l’hypothèse privilégiée est qu’une rafale de vent plus forte que les autres a pu faire céder le rempart séculaire.