«Gilets jaunes» à Toulouse: Pour la première fois, la manifestation de samedi sera déclarée

ACTE 12 Pour tenter d’apaiser les tensions à Toulouse sans nuire à la mobilisation, des « gilets jaunes » ont déclaré l’acte 12 en préfecture…

Hélène Ménal

— 

Des "gilets jaunes" dans les rues de Toulouse, le 12 janvier 2019, pour l'acte 9.
Des "gilets jaunes" dans les rues de Toulouse, le 12 janvier 2019, pour l'acte 9. — F. Scheiber - Sipa
  • Pour la première fois à Toulouse, des « gilets jaunes » ont déclaré la manifestation de samedi.
  • Ils espèrent ainsi éviter que l’acte 12 ne dégénère en violences.
  • En affluence, la Ville rose est la plus mobilisée de France.

C’est une première. Pour l’acte 12 du samedi 2 février, la manifestation toulousaine des «gilets jaunes» a été déclarée en préfecture. L’initiative vient de Raphaël, un commercial, et de deux de retraités Raymond et Jean-Michel, « actifs dans le mouvement depuis le début et pacifistes ». Après avoir rencontré les représentants des chambres consulaires et un rendez-vous en préfecture ce mardi, les trois hommes ont pris sur eux de tenter ce geste d’apaisement.

« Nous voulons retrouver l’esprit de fraternité du 17 novembre et rassurer les gens qui n’osent plus venir manifester parce qu’ils ont peur », explique Raphaël, en espérant que l’initiative sera perçue avec compréhension par la majorité du mouvement. « La déclaration va permettre de mieux sécuriser le parcours et d’éviter, nous l’espérons de nouveaux dégâts et blessés ».

Le parcours déclaré est, dans le jargon toulousain, celui « des boulevards ». Le cortège doit démarrer à 14h de Héraklès puis rejoindre les allées Jules-Guesde, via Jeanne-d’Arc et le Monument aux morts. Une boucle qui évite l’hypercentre, où les commerçants désertés ont largement dépassé le stade de la crise de nerfs.

Sans LBD ?

Raphaël et ses camarades doivent également rencontrer dans la semaine les représentants des forces de l’ordre pour tenter de leur proposer de mettre en place un dispositif « moins agressif ». « Nous allons aussi demander qu’il n’y ait pas de LBD [lanceurs de balles de défense] », assure le commercial.

Le « gilet jaune » ne tombe pas dans la naïveté pour autant. Sur le fond, il garde la ligne. « Macron doit s’exprimer rapidement sur le RIC [référendum d’initiative citoyenne]. Il ne doit pas attendre le 15 mars, les gens sont à bout de patience ».

En affluence, Toulouse est la ville de France la plus jaune. Les manifestations y dégénèrent systématiquement. Elles ont déjà fait une dizaine de blessés graves, entraîné plus de 340 gardes à vue et plus d’une vingtaine de condamnations à de la prison ferme.