VIDÉO. «Gilets jaunes» à Toulouse: De l'affluence, l'hélicoptère de la gendarmerie visé, et une rencontre avortée avec le maire

ACTE 11 Les « gilets jaunes » sont toujours très mobilisés dans la Ville rose où l’acte 11 s’est de nouveau soldé par des violences et des dégradations…

H.M.

— 

Des fumigènes sur la place du Capitole lors d'une manifestation des
Des fumigènes sur la place du Capitole lors d'une manifestation des — F. Scheiber - Sipa

« Plusieurs milliers de personnes » ont encore défilé à Toulouse samedi 26 janvier pour l’acte 11 de la mobilisation, selon la préfecture qui ne prend pas le risque de dire si l’affluence record - 10.000 manifestants - du samedi précédent a été battue. Et comme d’habitude, la journée a commencé dans une ambiance bon enfant.

Avec un premier couac toutefois puisque la rencontre annoncée depuis deux jours entre les «gilets jaunes» et le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, a été annulée. La délégation voulait la filmer en live, l’édile a refusé. « On ne peut s’écouter et se comprendre, éventuellement aller vers la position de l’autre, lorsqu’on parle sous l’œil d’une caméra qui fige souvent les positions », a estimé ce dernier. Il ajoute que malgré tout sa « porte reste ouverte ».

Feux d’artifice et laser

C’est vers 16h30 que la situation a encore généré du côté de la place Arnaud-Bernard. Barricades, incendies de poubelles, dégradations de vitrines, avec une prédilection pour les agences immobilières et bancaires. Selon la préfecture, « l’hélicoptère de la gendarmerie a été visé par des feux d’artifice et un laser ».

Selon un bilan définitif, l’acte 11 a fait un blessé parmi les manifestants, trois dans les rangs des forces de l'ordre et entraîné 31 interpellations.

Dans une synthèse dévoilée vendredi, Dominique Alzeari, le procureur de la République de Toulouse faisait état de 353 interpellations et d’une quarantaine de comparutions depuis le début du mouvement le 17 novembre 2018. Plus de 250 plaintes pour dégradations ont déjà été déposées.