Toulouse: Un jeu de piste (gratuit) pour intégrer une confrérie secrète

BON PLAN Les « petits » escape games de Toulouse ont comploté pour concocter un jeu de piste dans le centre de Toulouse. C’est gratuit et ça commence dimanche…

Hélène Ménal
Rendez-vous dimanche pour lever le secret.
Rendez-vous dimanche pour lever le secret. — EscapeGameToulouse
  • Plus tendance que la tournée des bars, voici la tournée des escape games.
  • Huit d’entre eux préparent un jeu de piste dans le centre-ville de Toulouse ce dimanche, avant une finale au musée Saint-Raymond le 3 février.
  • C’est gratuit et stimulant.

Vous faites quoi ce dimanche ? Parce qu’il y a mieux que l’option rattrapage de séries et farniente : enfiler ses moufles, choisir de bonnes chaussures et se triturer les méninges pour intégrer la plus mystérieuse des sociétés secrètes de l’histoire de  Toulouse.

Tout part d’un complot. Celui de huit salles d’escape game indépendantes du centre-ville. Elles ont mis sur pied un jeu de piste géant qui commence ce dimanche (départ à 10h ou 14h). Chacune a préparé son énigme, inédite, il y en aura donc huit à résoudre.

Deux épisodes pour les meilleurs

« Le jeu passera par chacune des salles, les équipes ne pénétreront pas dans un décor mais elles seront accueillies par un acteur », explique Eva Balboa, porte-parole occasionnelle de cette « ligue des escape ». La spécialiste estime que la résolution du jeu devrait prendre « environ deux heures ».

L’inscription à cette tournée des escape est gratuite mais limitée à 500 participants. Les équipes doivent être constituées de trois à cinq joueurs. Et ils doivent être motivés s’ils veulent participer à l’épisode 2 de l’aventure. Il aura lieu le dimanche 3 février au musée des antiques Saint-Raymond. Les 14 meilleures équipes s’y affronteront lors d’un escape game plus classique. Seuls les vainqueurs de la grande finale pourront être adoubés pour intégrer la fameuse société secrète et découvrir le secret sur lequel elle veille.

Pour les organisateurs, « l’idée est de montrer qu’on peut être créatifs et pas seulement reproduire des concepts figés ». Il y a actuellement 25 jeux d’évasion à Toulouse. « En nombre de salles par habitant, c’est mieux qu’à Paris, souligne Eva Balboa. Entre les étudiants et les entreprises, tout est réuni pour le concept marche. »