VIDEO. «Gilets jaunes» à Toulouse: Blocages, pique-nique sur le Capitole et manif... Ce qui se prépare pour l'acte 9

REBELOTE Pour l’acte 9, les « gilets jaunes » ont programmé des actions sur le périphérique et au centre-ville de Toulouse…

Helene Menal

— 

Le 5 janvier, pour l'acte 8, 2.000 personnes ont manifesté à Toulouse selon la préfecture et 22 ont été interpellées.
Le 5 janvier, pour l'acte 8, 2.000 personnes ont manifesté à Toulouse selon la préfecture et 22 ont été interpellées. — F. Scheiber - Sipa

Fera-t-il bon faire les soldes ce samedi dans la Ville rose ? Rien n’est moins sûr puisque sur leurs réseaux sociaux les « gilets jaunes » locaux restent mobilisés et appellent à un acte 9. Sous réserve d’autres actions surprises, leur programme prévoit un ralliement dès 10 heures à la station de métro des Minimes en vue d’une « action sur le périphérique ».

Un pique-nique est ensuite annoncé à 12h30 sur le Capitole avant un rassemblement à 14h à Jean-Jaurès pour la désormais traditionnelle manif. Le cortège se fondra probablement à celui des syndicats (CGT, FSU), le seul déclaré en préfecture, mais dont le départ se fera (à 14h aussi) d’Arnaud-Bernard.

Les « gilets jaunes » ont aussi prévu de tapisser tous les panneaux d’expression libre de la ville avec leur propre agenda.

2,6 millions de dégâts

Samedi 5 janvier, pour l’acte 8, quelque 2.000 contestataires ont défilé selon les autorités, un chiffre que les organisateurs contestent. La mobilisation s’était soldée par les inévitables échauffourées et 22 interpellations.

Pour l’épisode 9, la préfecture – qui ne communique pas sur le dispositif de sécurité – a pris les arrêtés habituels d’interdiction de transport de produits inflammables ou d’armes dans tout le département.

Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, estime à 2,6 millions le montant des dégâts sur le domaine public depuis le début du mouvement le 17 novembre. Ce samedi, il a prévu une réunion avec les commerçants et le président de la Chambre de commerce, Philippe Robardey.

Enfin, les « gilets Jaunes » voient plus loin que samedi. Ils échangent abondamment sur le « comité d’accueil » qu’ils comptent préparer au Président de la République jeudi 17 janvier, pour ses vœux aux armées sur la base militaire de Francazal.