VIDEO.«Gilets jaunes» à Toulouse: L'appel «au secours» des commerçants

DÉGÂTS COLLATÉRAUX A Toulouse, les commerçants ont vu fondre leur chiffre d’affaires. Désespérés, ils appellent consommateurs et « gilets jaunes » à la solidarité pour sauver les meubles…

Hélène Menal
— 
A Toulouse, les commerçants ont vu fondre leur chiffre d'affaires de décembre de 20 à 70%.
A Toulouse, les commerçants ont vu fondre leur chiffre d'affaires de décembre de 20 à 70%. — H. Menal - 20 Minutes
  • La moitié des commerçants de Toulouse a perdu plus de 40 % de son chiffre d’affaires depuis le début du mouvement des « Gilets jaunes ».
  • Ils lancent un appel aux consommateurs et aux manifestants.
  • Des tickets de parking et de transport gratuits vont être distribués au cours des deux prochains week-ends.

Vitrines brisées, fermetures intempestives et fréquentation en berne. « Le chaos de ces derniers jours a eu des conséquences graves. Nous sommes devenus une zone à défendre ! », tonne Jean-Marc Martinez, le président de la Fédération des associations des commerçants de Toulouse.

Les chiffres que livre le professionnel, vendeur de jouets et doudous, sont implacables : le chiffre d’affaires de décembre a chuté de 20 % à 70 % en fonction des boutiques, « alors qu’il représente 20 % à 30 % du chiffre de l’année ». « D’après notre sondage, la moitié des commerçants ont enregistré une baisse de plus de 40 % », ajoute son confrère, Philippe Léon, propriétaire d’un magasin de cadeaux en centre-ville.

Des faillites en perspectives

Les commerçants ne doutent pas une seconde que les manifestations des dernières semaines conduiront « à des centaines de dépôts de bilan au premier semestre » dans un secteur qui, en faisant vivre « 25.000 personnes », est le deuxième employeur de Toulouse après Airbus.

Les professionnels sont bien conscients que les ventes, envolées au profit du Net, ne seront pas rattrapées, mais ils veulent sauver les meubles et lancent un appel « à la solidarité de tous ». Au premier rang desquels «les gilets jaunes». « On comprend tout à fait les revendications. Mais il y a d’autres modalités que le blocage et l’émeute en centre-ville », glisse Philippe Léon.

Un discours qui trouve un écho chez les « gilets jaunes » modérés. « Nous n’irons pas en centre-ville samedi, assure Yves Garrec, président du groupe Vox Populi. Nos actions concernent le pouvoir d’achat alors nous préférons lever les barrières de péage, bloquer les stations-service des grandes enseignes ou l’entrepôt d’Amazon. » Mais, tempère le chauffeur de VTC, « il y a autant de positions que de gilets jaunes ». Il est bien incapable de prédire s’il y aura un cortège samedi à Toulouse en plus de celui organisé par les syndicats (à 14h au départ d’Arnaud-Bernard).

Des transports et des parkings gratuits

L’autre levier qu’espèrent activer les commerçants est celui des consommateurs. « Venez faire vos courses de Noël dans nos boutiques ! », lance Jean-Marc Martinez. D’autant qu’un dispositif séduction a été mis en place par la mairie : durant les deux prochains week-ends, les commerçants distribueront des tickets permettant de stationner trois heures gratuitement dans les parkings en ouvrage. D’autres tickets permettront d’emprunter sans payer le réseau Tisséo​ au retour des courses.

Et, petit rappel, les magasins seront exceptionnellement ouverts le dimanche jusqu’à Noël.