Toulouse: C'est parti pour trois ans de chantier pour faire sauter le bouchon de Rangueil

PERIPHERIQUE Les travaux d'élargissement de la dernière portion du périphérique à 2x2 voies au sud de Toulouse sont lancés ce lundi...

Beatrice Colin

— 

Les travaux d'élargissement de mise à 2*3 du périphérique toulousain entre Lespinet et Rangueil débuteront en janvier 2019.
Les travaux d'élargissement de mise à 2*3 du périphérique toulousain entre Lespinet et Rangueil débuteront en janvier 2019. — Bordas / SIPA
  • Les travaux d’élargissement du périphérique toulousain entre Lespinet et Rangueil débutent ce lundi après des années d’attente.
  • La bretelle de sortie du Pont des Demoiselles, sur le périphérique extérieur, va être fermée pour une durée de six mois.
  • Ce vaste chantier de trois ans va coûter 48,5 millions d’euros.

Tous les matins, les automobilistes qui viennent du sud de Toulouse redoutent de passer par là. Chaque jour, plus de 110.000 véhicules empruntent le périphérique toulousain entre Rangueil et Lespinet, souvent pare-chocs contre pare-chocs.

Après des années d’attente, cette portion encore à 2x2 voies va être élargie. Les travaux, de ce projet à 48,5 millions d’euros, débutent ce lundi 7 janvier. « Cette opération est nécessaire pour améliorer la fluidité du trafic, mais aussi pour réduire les nuisances sonores ainsi que la pollution », avait expliqué en fin d’année le préfet de la Haute-Garonne, Etienne Guyot.

Mais avant de pouvoir rouler sur trois voies dans chaque sens de circulation, il faudra patienter jusqu’à la fin de l’année 2021.

La sortie Pont-des-Demoiselles fermée six mois

En cette semaine de rentrée, les automobilistes seront dans le vif du sujet. La sortie Pont-des-Demoiselles (n°21), sur le périphérique extérieur, va être fermée pour six mois. Les automobilistes seront invités à sortir à Rangueil pour rejoindre le centre-ville.

Vue du périphérique toulousain au niveau des sorties Pont des Demoiselles et complexe scientifique en 2021.
Vue du périphérique toulousain au niveau des sorties Pont des Demoiselles et complexe scientifique en 2021. - DREAL

L’objectif est de fusionner la sortie du Pont-des-Demoiselles avec celle du complexe scientifique de Rangueil. Une fois en service, la même voie permettra de desservir les deux bretelles.

Les six premiers mois de l’année 2019 seront aussi consacrés à la création d’un mur de soutènement.

Les phases du chantier d'élargissement du périphérique toulousain.
Les phases du chantier d'élargissement du périphérique toulousain. - DREAL Occitanie

Limitation à 70 km/h durant les travaux

Durant toute la période des travaux, le périphérique restera à 2x2 voies pour ne pas trop pénaliser la circulation.

« Vu le trafic sur cette portion, le maintien à 2x2 voies s’est imposé, mais nous avons supprimé la bande d’arrêt d’urgence. Ce sont ces contraintes qui expliquent la durée des travaux. La vitesse sera abaissée à 70 km/h pour réduire les risques d’accident », explique Hubert Ferrey-Wilczek, le patron de la Direction des routes du Sud-Ouest (Dirso).

Trois voies, un peu moins larges

Pour loger une troisième voie sur cette portion du périphérique, les services techniques ont décidé de grappiller sur le terre-plein central enherbé et les accotements. Elle sera créée au cours de l’année 2020.

Les responsables du chantier ont aussi pris la décision de gagner de la place en réduisant leur largeur. « Aujourd’hui elles mesurent 3,5 m, elles seront plus étroites, l’une mesurera 3,05 m et les deux autres seront légèrement plus grandes », indique Cyril Portalez, le directeur adjoint de la direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL).

Des murs antibruit cachés par des arbres

Pour réduire les nuisances sonores, des murs antibruit ont déjà été élevés sur une partie du futur chantier. Trois autres seront construits d’ici 2020, notamment le long de la Piste des Géants à Montaudran.

« Une double barrière végétale va aussi voir le jour d’ici trois ans devant ces murs antibruit, elles masqueront les tags qui s’y sont développés », explique Jean-Luc Moudenc, le président de Toulouse Métropole.