Toulouse: Des nuages à l'horizon pour les apparts de luxe à la vue imprenable

URBANISME Le comité du quartier de Saint-Cyprien conteste le permis de construire d’une résidence de standing dans un des endroits les plus emblématiques de Toulouse…

Helene Menal

— 

La terrasse d'un des appartements, le plus cher, de ce projet immobilier.
La terrasse d'un des appartements, le plus cher, de ce projet immobilier. — Kaufman & Broad
  • Une résidence de standing doit pousser en bord de Garonne, tout près du dôme de La Grave.
  • Le comité de quartier conteste ce projet luxueux et vient de déposer un recours contre le permis de construire.
  • Le promoteur précise qu’il y aura aussi des logements sociaux.

A 1,6 million d’euros le T5 de 135 m2, l’heureux acheteur gagnera non pas une vue de carte postale mais carrément le droit d’y habiter dedans. Le Cour du Dôme, un projet immobilier du promoteur Kaufman & Broad a de quoi faire rêver plus d’un Toulousain. Il doit se dresser au débouché du pont Saint-Pierre avec, pour les mieux placés, vue sur le fameux dôme de La Grave.

Vue du programme Cour du Dôme depuis le pont Saint-Pierre.

Mais il y a des habitants que l’apparition des affiches publicitaires pour cette belle résidence fait plutôt cauchemarder. C’est à travers cette campagne que les membres du comité de quartier de Saint-Cyprien ont appris que le permis de construire pour ce bâtiment a été délivré par la mairie. Le 7 septembre dernier, précise le promoteur. « Nous avons tout simplement halluciné parce que cela fait deux ans et demi que nous discutons sur l’avenir du site de La Grave et que la concertation n’est pas terminée », confie Christine Torrent, la présidente.

La crainte d’une gentrification

Les riverains auraient des tas de choses à dire sur l’esthétique du projet mais relèvent aussi et surtout un problème de fond : le risque de « gentrification » de ce quartier populaire et brassé de la rive gauche. « Je ne vois des gens qui se payent un appartement à 1,6 million partager leur terrasse avec les SDF qui traînent à Saint-Cyprien. Les prix vont exploser et dans quelque temps les gens ne se connaîtront plus », s’inquiète la sexagénaire.

« Il s’agit d’un projet mixte avec 110 logements libres, 30 logements en accession maîtrisée et 87 logements sociaux », se défend de son côté Jacques Rubio, le directeur général de Kaufman & Broad dans le Sud-Ouest. « Nous avons présenté le projet au cours de deux réunions de quartier, tout a été transparent. Et j’ajoute qu’il y aura davantage d’espace entre le dôme et notre bâtiment qu’avec le bâtiment actuel de l’Institut Claudius-Régaud », poursuit-il, précisant que sa porte est ouverte pour les explications.

Le comité de quartier vient de déposer un recours gracieux en mairie contre le permis de construire. Le Capitole se dit prêt à expliquer sa délivrance « avec pédagogie ». « Il s’agit d’un projet privé puisque le terrain appartient au CHU. Mais la hauteur du bâtiment a été validée par l’Architecte des Bâtiments de France, explique Annette Laigneau, l’adjointe à l’Urbanisme. C’est par ailleurs par souci de mixité que la collectivité a exigé qu’il y ait des logements à coût maîtrisé, à moins de 3.000 euros du mètre carré ».