VIDEO. Toulouse: Primark déclenche un vent de folie (mais il y a des réfractaires)

COMMERCE L’enseigne irlandaise Primark a ouvert ses portes ce mercredi à Toulouse et accueilli une foule monstre…

Hélène Menal
— 
La foule a ttend l'ouverture du magasin Primark de Toulouse, le 17 octobre 2018.
La foule a ttend l'ouverture du magasin Primark de Toulouse, le 17 octobre 2018. — H. Menal - 20 Minutes
  • L’ouverture du magasin Primark a attiré une immense foule au centre-ville de Toulouse ce mercredi.
  • Quelques « anti » se sont glissés dans la file d’attente.
  • La mairie veut faire de cette enseigne un aimant commercial pour le centre-ville.

« C’est nouveau, pas cher, tout le monde en parle, alors on est là, c’est mieux que d’acheter sur Internet ». Carolina, Yedidia, et Ines, trois copines, avaient déjà goûté à l’effet Primark à Berlin, alors elles n’auraient raté pour rien au monde l’ouverture du magasin toulousain de la marque. Car ce mercredi matin, après plusieurs reports, l’engouement était à la hauteur de l’attente.

Une foule compacte et immense, gênant même la circulation sur les boulevards malgré le barriérage, s’est pressée (et compressée) pour participer à l’événement commercial de l’année.

Même si le magasin sera toujours là jeudi, une fièvre quasi irrationnelle s’est emparée des shoppeuses. Car c’était en majorité des femmes, de tous âges, les hommes étant en général en repérage pour donner la température par SMS. « Je n’ai rien changé à mon quotidien, j’ai amené ma fille à la crèche et voilà », assure Tania. « Moi, je suis au chômage, confie Sarah, alors si j’attends une heure, c’est pas la fin du monde ».

Elle n’aura pas à piétiner si longtemps car le magasin est tellement immense - 7.500 m2 répartis sur quatre étages, 99 cabines d’essayage et 87 caisses - que le flot a été relativement bien absorbé au moment de l’ouverture des portes, peu après 10 heures.

Des allergiques se glissent dans la foule

Mais il n’y avait pas que des acheteuses fébriles. Il y avait aussi une dizaine d’opposants du collectif Basta, jouant des saynètes antimondialisation et distribuant des fripes pour faire un pied de nez à l’enseigne irlandaise. « Nous contestons l’ouverture d’un magasin qui pousse à la surconsommation permanente et ne considère les individu-e-s et l’environnement que par le prisme d’une valeur marchande », affirment-ils. Sans grand succès auprès de la foule…



En tout cas pas auprès de Jean-Jacques Bolzan, l’adjoint au Commerce. « Il faut positiver car cette enseigne en hypercentre va attirer une clientèle de toute la région et même du grand sud qui ne venait pas à Toulouse. C’est bon pour le tourisme et c’est bon pour les autres commerçants qui vont profiter du flux, même s’il faut un peu s’adapter », assure l’élu.

A en juger par le nombre de passants qui se baladaient avec un sac en papier marron estampillé Primark ce mercredi à Toulouse, le démarrage a été énorme.