Toulouse: La livraison de la 3e ligne de métro décalée à fin 2025 (au lieu de 2024), on vous dit pourquoi

TRANSPORTS Un imprévu technique pousse Tisséo à «décaler» la mise en service de la troisième ligne de métro toulousaine. Annoncée depuis toujours pour 2024, elle  est désormais prévue pour fin 2025…

Hélène Ménal

— 

Une vue d'artiste de l'intérieur des rames sur la ligne de métro Toulouse Aerospace Express
Une vue d'artiste de l'intérieur des rames sur la ligne de métro Toulouse Aerospace Express — Tisseo SMTC
  • Tisséo assume et explique ce « décalage » par un appel d’offres infructueux sur la maîtrise d’œuvre.
  • L'enquête publique doit toujours avoir lieu en 2019.

Pour la troisième ligne de métro à Toulouse (TAE), la date officielle à retenir est désormais « fin 2025 ». Et non plus 2024 comme martelé depuis la campagne municipale de 2014 et l’annonce par Jean-Luc Moudenc (LR) de ce projet gigantesque, aujourd’hui quasi consensuel.

Alors, pourquoi ce « décalage », un mot que Jean-Michel Lattes​, le président de Tisséo-Collectivités, préfère à « retard » ? « Il y a eu un imprévu technique que nous assumons complètement », indique-t-il. Très technique même. En fait, le problème tient à l’appel d’offres passé pour désigner le maître d’œuvre de ce chantier chiffré pour l’heure à 2,4 milliards, autrement dit pour le choix de l’entreprise qui doit livrer les études détaillées puis orchestrer l’opération.

Pas assez de candidats à la manœuvre

« Nous nous attendions à avoir trois ou quatre candidats au moins, explique Francis Grass, le président de Tisséo-Ingénierie, il n’y en a eu que deux ». Dont la candidature d’Egis et Systra, deux géants de l’ingénierie, alliés pour l’occasion alors que les élus toulousains s’attendaient à les voir concourir séparément, l’émulation permettant de tirer les prix. La proposition Egis-Systra était à 85 millions d’euros, celle de l’autre prétendant, le franco-belge Tractebel, moins chère de près de 20 millions.

Un tel écart ne permettant pas à la commission d’appel d’offres de se faire une idée du juste prix, elle a déclaré la procédure infructueuse. Une autre sera lancée au début de l’année prochaine, divisant la maîtrise d’œuvre en trois lots, et avec - espèrent les élus - de nombreux candidats en compétition.

Cette précaution financière est présentée comme l’unique raison du glissement de la date de mise en service de la TAE. « Notre plan de financement est solide et crédible », souligne Jean-Michel Lattes. Il confirme aussi qu'il n'y aura pas de «saucissonnage» du chantier, la ligne sera inaugurée dans son intégralité.

La date prévue pour l’enquête publique, elle, ne change pas : vous pourrez donner votre avis « mi-2019 ».