Les manifestants rêvent d'un « Mai 2008 »

Hélène Ménal - ©2008 20 minutes

— 

Tour de chauffe ou baroud d'honneur ? Entre 7 500 et 15 000 manifestants, selon que l'on se fie à la police ou aux organisateurs, ont défilé hier dans les rues de Toulouse. Les lycéens ont pris la tête d'un cortège hétéroclite, où des retraités et des hospitaliers ont emboîté le pas aux membres de l'Education nationale. « Nous sommes plus que la semaine, et davantage de lycées ont été bloqués. Le mouvement va en s'amplifiant », constate Erwan de l'Union nationale des lycéens. « On va user le pavé », promet une pancarte tandis qu'une autre appelle à la « grève générale ». Et le bac dans tout ça ? « Les révisions ne sont pas incompatibles avec le mouvement », se rassure Hugo de la coordination des lycées toulousains. Côté enseignants, les syndicats saluent la grève « la plus réussie de l'année ». Selon eux, il y a eu « près de 75 % de grévistes » dans le 1er degré et « 60 à 65 % » dans le second. L'inspection d'académie donne respectivement « 60,17 % et 48, 58 % ». « Avec la problématique du pouvoir d'achat, difficile de durcir le mouvement », reconnaît un syndicaliste. Pourtant, la CGT 31 et SUD appellent à la grève reconductible, dès lundi.