« Donner aux enfants sourds un accès à l'imaginaire »

Recueilli par Hélène Ménal - ©2008 20 minutes

— 

Pierre-Olivier Tur

Président de l'association Act's, organisatrice du Festival Sign'ô*.

Pourquoi un festival en langue des signes ?

Pour donner aux enfants sourds le droit de rêver et d'avoir accès à l'imaginaire. Quand j'étais petit, j'avais des rêves qui s'écroulaient parce qu'on me disait : « Tu n'y arriveras jamais. » Les choses ont évolué, surtout à Toulouse, où il y a une dynamique associative et des accords avec des salles.

Sign'ô ne proposera pas de traduction pour entendants...

Ou le strict minimum. L'an dernier, ils représentaient 40 % du public. Quand vous faites un spectacle de pirates à travers des mains gantées, ça fonctionne.

Le succès est au rendez-vous ?

Il y a pas mal de réservations. Sign'ô aura lieu tous les deux ans, en alternance avec le Festival Clin d'oeil à Reims.