Toulouse: Frauder dans les transports va vous coûter bonbon (jusqu’à 120 euros)

SOCIETE Pour dissuader les tricheurs, les amendes dans les transports en commun toulousains vont flamber à partir du 1er octobre…

Hélène Ménal

— 

Illustration hausse des tarifs Tisseo. Distributeur de tickets de deplacements. Usagers. transports en commun.
Illustration hausse des tarifs Tisseo. Distributeur de tickets de deplacements. Usagers. transports en commun. — A. GELEBART / 20 MINUTES
  • A Toulouse, Tisséo revoit le barème de ses amendes pour fraude.
  • Voyager sans ticket coûter 70 euros à compter du 1er octobre.
  • Pour l’heure le taux de fraude sur le réseau est de 4,5 %.

« Moi, je crois surtout que ce sont les jeunes qui n’ont pas de travail qui fraudent dans les transports », lance une retraitée toulousaine, presque compréhensive. Les responsables de Tisséo ne confirment pas. Pour eux, il n’y a pas de profil type du tricheur. Si ce n’est qu’on en trouve plus dans le tram (7,7 % de fraude) que dans les bus (4 %) ou le métro (4,3 %), qu’ils sortent plutôt tard le soir quand il y a théoriquement moins de risque de croiser un contrôleur ou aux heures de pointe pour se fondre la foule ; et qu’ils coûtent au bas mot 7 millions d’euros de manque à gagner à Tisséo.

Les nouveaux tarifs des amendes sont placardés sur les arrêts et comparés à des

L’autre certitude, c’est qu’ils vont douiller. Car, après avoir renforcé les contrôles pendant un an et ramené le taux de fraude global de 7,9 % à 4,5 %, Tisséo sort l’argument massue : la flambée des amendes.

A partir du 1er octobre, voyager sans titre validé coûtera 70 euros au lieu de 60 euros. « Et le tarif peut monter jusqu’à 120 euros si on ne paye pas tout de suite », insiste Marc Del Borello, le président de Tisséo Voyageurs​. Pour tenter de convertir les fraudeurs, la campagne lancée lundi sur les arrêts compare cette somme rondelette à des « achats plaisir » du type tablette tactile, sac à main ou billet d’avion low-cost.

L’importance des validations

La nouvelle grille des amendes ne grimpe pas pour tout le monde. La punition pour les abonnés qui s’abstiennent de valider (mais qui ont donc tout de même payé leur transport) passe de 60 euros à 5 euros. Tisséo continue à marquer le coup car les validations sont des statistiques précieuses. « Nous nous en servons pour dimensionner les moyens à mettre en œuvre », explique Thierry Wischnewski, le directeur général de Tisséo Voyageurs. Validez, validez, il en restera toujours quelque chose.