Gallois tempère sans rassurer

Béatrice Colin - ©2008 20 minutes

— 

En visite à Toulouse hier, Louis Gallois, le président exécutif d'EADS, a tenté de rassurer sur l'avenir de la filière aéronautique. Pour y parvenir, il a annoncé la création d'un groupe de travail avec les industriels locaux, mais aussi le versement de 30 millions d'euros à un fonds d'investissement qui servira à accompagner les entreprises dans leur évolution.

« Je me suis concentré sur les problèmes industriels. Nous souhaitons conserver Latécoère comme fournisseur d'Airbus. Quant à la filière aéronautique, la charge de travail actuelle est massive », a assuré Louis Gallois. Questionné sur les déséquilibres franco-allemands, le patron d'EADS a dénoncé « ces procès sans fondement. Sur l'A350, je ne permettrai à personne de dire que la France a été défavorisée par rapport à l'Allemagne. »

Gallois n'a toutefois pas réussi à rassurer les élus qui l'ont rencontré. Pierre Izard, le président du département, et Pierre Cohen, le maire PS de Toulouse, se sont déclarés « toujours inquiets » à l'issue de leur entretien. Quant à Martin Malvy, le patron socialiste de la région, il réclame toujours « la création d'un comité de suivi associant l'Etat et les collectivités locales ».