Toulouse: Avis aux gamers! Une première salle dédiée au eSport va bientôt ouvrir

ESPORT Le Toulouse ESport Concept doit lancer ses activités fin 2018 ou début 2019 dans le quartier de Montaudran…

Nicolas Stival

— 

Une compétition de ESport à Athens, aux Etats-Unis, le 3 mars 2018.
Une compétition de ESport à Athens, aux Etats-Unis, le 3 mars 2018. — J. L. Jones / AP / Sipa
  • La salle de plus de 300 mètres carrés proposera de jouer sur PC, consoles ou en réalité virtuelle.
  • Le TEC veut devenir un véritable club, sur le modèle des sports traditionnels.
  • Une campagne de financement participatif doit s’achever le 27 septembre.

Depuis des années, des complexes de football indoor fleurissent à la périphérie des villes. Fin décembre ou début janvier, c’est un autre type de structure qui ouvrira dans le quartier de Montaudran. On pourra aussi jouer au foot, mais derrière un écran. Le Toulouse ESport Concept (TEC) se présente comme la première salle du genre dans l’agglomération, sur une superficie de plus de 300 mètres carrés.

« Il existe déjà des bars et des pubs qui font un peu de jeu vidéo, mais avec un modèle différent, relève le cofondateur Renaud Viry. Chez eux, on paie une conso et on a accès aux machines. Chez nous, on ira sur les machines puis on pourra consommer au bar.  »

A l’origine de ce cyberprojet, la rencontre de deux ingénieurs – et gamers — Renaud Viry donc (30 ans), et Sébastien Chazalon (25 ans). « A notre connaissance  ; il n’y a qu’une salle de ce type en France, à Valence, reprend le premier. Cela se fait beaucoup en Angleterre, en Allemagne ou en Espagne. Le monde de l’eSport est en train de se structurer depuis deux ans dans notre pays, avec une législation qui l’encadre.  »

La loi pour une République numérique du 7 octobre 2016 reconnaît en effet cette discipline et offre une protection sociale aux joueurs professionnels.

PC, consoles et réalité virtuelles

De par sa population jeune, entre étudiants et cadres dynamiques, Toulouse paraît le lieu idéal pour développer une activité qui a d’abord explosé en Asie, surtout en Corée du Sud, avant de déferler sur le reste du monde. La saga FIFA, Fortnite, League of Legends, Dota 2… Le TEC proposera ces jeux, et beaucoup d’autres, sur consoles et PC, en solo ou par équipes. « Les personnes qui viendront chez nous auront un compte qu’elles rechargeront en achetant du temps de jeu  », détaille Sébastien Chazalon.

Les tarifs : 5 € l’heure sur PC et consoles, 15 € la demi-heure pour la réalité virtuelle où l’on pourra par exemple se balader dans les rues du monde entier, via Google Earth. Un abonnement mensuel est par ailleurs dans les tuyaux. Les deux fondateurs ont lancé une campagne de « crowdfunding » sur la plateforme Ulule, afin de donner plus d’ampleur à leur projet. L’objectif : réunir 10.000 euros, d’ici au 27 septembre.

Peu à peu, les clubs « classiques  » comme le PSG, ou plus récemment les rugbymen perpignanais de l’USAP, ouvrent des sections eSport. L’atypique TEC caresse également l’objectif de devenir un club (amateur), avec entraînements, organisation de tournois et déplacements en France, voire au-delà.

Des esprits moqueurs voient davantage ses pratiquants comme des geeks que comme des athlètes. Ils rangeront peut-être leurs sarcasmes si l’eSport arrive à forcer les portes des Jeux olympiques, même si ce n’est pas pour demain.