Toulouse: La justice saisie après le bizutage humiliant des élèves infirmiers

SOCIETE Après le bizutage polémique qui s’est déroulé le 5 septembre à l’école d’infirmiers, le CHU de Toulouse a saisi la justice…

20 Minutes avec AFP

— 

Un bizutage à la farine et aux œufs. Illustration.
Un bizutage à la farine et aux œufs. Illustration. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Certains élèves l’ont vécu comme une humiliation. Le bizutage polémique survenu le 5 septembre à l’école d’infirmiers de la Ville rose va peut-être connaître des suites judiciaires. Le CHU de Toulouse, dont dépend l’établissement, vient en effet de saisir le procureur de la République. Cette procédure fait suite à l’enquête interne diligentée au lendemain des événements rendus publics par le syndicat CGT.

Le jour des faits, la « première année » ont d’abord été enfermés dans un amphi par leurs aînés. Ils ont ensuite été attachés les uns aux autres avec du scotch avant d’être conduit à l’extérieur pour entonner des chansons dégradantes puis subir des jets de substances variés : œufs, farine mais aussi Bétadine ou pâtée pour chien.

Soutien psychologique

L’affaire est remontée jusqu’à la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, qui, dans un tweet a jugé « intolérable » ce genre de « pratique dégradante ».

Le CHU de Toulouse indique proposer un soutien psychologique aux étudiants et s’engage à mettre en place un « module pédagogique » obligatoire pour « changer durablement le regard qui est porté sur ces pratiques », assez répandues dans le milieu médical.