Toulouse: Dix ans après son lancement, l'autopartage trace sa route dans la Ville rose

MOBILITE A l’occasion de ses 10 ans, la coopérative d’autopartage Citiz lance de nouvelles offres multimodales, notamment en s’associant au système de location de vélos en libre-service, VélôToulouse…

Béatrice Colin

— 

Les premières voitures en autopartage Yea, de la coopérative Citiz, ont été mises en service en 2016.
Les premières voitures en autopartage Yea, de la coopérative Citiz, ont été mises en service en 2016. — B. Colin / 20 Minutes
  • Le système d’autopartage toulousain, Citiz, fête ses dix ans cette année.
  • Alors qu’Autolib, la version parisienne, a cessé de fonctionner cet été, la coopérative toulousaine a connu une hausse de son chiffre d’affaires l’an dernier.
  • A l’occasion de la semaine de la mobilité, Citiz lance une offre de partenariat avec le système de vélos en libre-service, VélôToulouse.

Depuis dix ans, elles fleurissent au coin des rues de la Ville rose. La semaine dernière, une nouvelle station d’autopartage Citiz était inaugurée dans le nouveau quartier de la Cartoucherie. Au total, la coopérative, membre d’un réseau présent dans une centaine de villes en France, en dénombre 25 sur le territoire de Toulouse et propose 65 voitures à ses 3.000 abonnés.

Il est loin le temps des premières réunions de Mobilib', où des habitants du centre-ville cherchaient une manière d’acheter une voiture à plusieurs. Si au cœur de l’été, le service d’autopartage parisien de Bolloré a purement et simplement cessé de fonctionner malgré ses 150.000 abonnés, celui de la petite coopérative toulousaine résiste.

Chiffre d’affaires en hausse de 42 % en 2017

En une décennie, après des hauts et des bas, la société a pris le large et a enregistré l’an dernier 18.000 réservations. Ce décollage, Citiz Toulouse le doit en partie à l’arrivée en 2016 de son nouveau système de véhicules en libre-service : Yea, qui ne nécessite pas de réservation. « L’arrivée des voitures Yea nous a permis de doubler le nombre d’abonnés en deux ans et notre chiffre d’affaires a augmenté de 42 % l’an dernier. C’est un service important car il répond à l’immédiateté de la demande. Mais les deux sont complémentaires et nos usagers mixent les deux systèmes », assure Céline Soulié, la directrice de Citiz.

A l’occasion de la semaine de la mobilité, la coopérative a lancé une nouvelle offre en partenariat avec le système de vélo en libre-service VélôToulouse. Les usagers des deux systèmes pourront ainsi bénéficier d’avantages. Il vient compléter l’offre Pass mobilité développé avec Tisséo ou avec la SNCF pour les étudiants.

« Le coût d’une voiture, c’est en moyenne 6.000 euros à l’année pour un particulier qui fait 10.000 km. Avec Citiz, cela revient moitié moins cher pour faire la même distance. Et nous nous rendons compte que nos usagers, quand ils n’utilisent pas nos voitures, se déplacent à vélo ou en transport en commun », poursuit Céline Soulié.

Qu’ils soient professionnels ou particuliers, 55 % d’entre eux n’ont plus de voiture et le reste n’en possède plus qu’une.