Toulouse: L'imam de la grande mosquée s'excuse «profondément» après un prêche controversé sur les juifs

SOCIETE Après l’émoi suscité par un de ses sermons, l’ouverture d’une enquête pour soupçon « d’incitation à la haine », l’imam de la grande mosquée de Toulouse s’excuse et proteste de sa bonne foi…

H.M. avec AFP

— 

Des musulmans qui prient dans la grande mosquée de Paris.
Des musulmans qui prient dans la grande mosquée de Paris. — SIPA

L’imam toulousain Mohammed Tataï a dû s’expliquer ce lundi matin à la grande mosquée de Paris (GMP) devant un conseil constitué de ses pairs. Cette « convocation » fait suite à la polémique née de la diffusion d' un de ses sermons, daté du 15 décembre 2017, sur Internet, y compris sur la chaîne YouTube de la GMP.

Dans cette vidéo, qui a été sous-titrée en anglais notamment par le site Memri, l’iman Tataï de la grande mosquée de Toulouse dirait ceci : « [le prophète Mohamed] nous a parlé de la bataille finale et décisive : le Jugement dernier ne viendra pas jusqu’à ce que les musulmans combattent les juifs ».

Une enquête ouverte

Cette traduction, si elle est exacte, peut constituer un « délit d’incitation à la haine ». Alerté par le préfet de Haute-Garonne, lui-même sollicité par le maire de la Ville rose, Jean-Luc Moudenc (LR), le parquet de Toulouse a ouvert une enquête vendredi 29 juin. Il a notamment demandé aux enquêteurs SRPJ de faire traduire la vidéo par un traducteur assermenté.

En attendant, c’est Dalil Boubakeur, le recteur de la grande mosquée de Paris, qui se charge désormais de désamorcer la polémique. Dans un communiqué publié ce lundi, après les explications de Mohammed Tataï, il indique que l’imam toulousain « proteste vivement de bonne foi ».

Message à tous les imams de France

« Il s’excuse profondément auprès de ses amis de la communauté juive de Toulouse et de France de l’interprétation décontextualisée de ses propos », précise Dalil Boubakeur évoquant « un prêche consacré à l’eschatologie [la fin des temps] et à la souffrance du peuple juif ». Enfin le recteur rappelle que Mohammed Tataï a « toujours appelé […] au respect de toutes les communautés religieuses et en particulier la communauté juive qu’il évoque constamment en termes favorables ».

La mosquée de Paris profite de cette malheureuse affaire pour « inviter tous les imams de France à observer une stricte impartialité dans leurs propos, notamment à l’égard des Religions du Livre [judaïsme et christianisme] dans le respect scrupuleux de toutes les croyances ».

>> A lire aussi : Le parquet de Toulouse ouvre une enquête pour des soupçons de prêche antisémite dans une mosquée