Toulouse: C'est quoi cette pénurie de préservatifs gratuits ?

SOCIETE Les associations LGBTQI et de lutte contre le VIH ne sont plus alimentées en préservatifs gratuits. Elles tirent ma sonnette d’alarme…

H.M.

— 

Des préservatif. Illustration.
Des préservatif. Illustration. — Superstock - Sipa

D’habitude, pendant la Gay Pride, il pleut des préservatifs. Mais le samedi 9 juin à Toulouse, la distribution a fini par se faire au compte-gouttes. Faute d’approvisionnement. Et le problème n’est pas ponctuel.

« Depuis décembre dernier, nous constatons qu’il est devenu difficile, voire impossible aux agences régionales de Santé (ARS) d’honorer les commandes de préservatifs faites par nos associations pour offrir cet accès gratuit », indiquent dans un communiqué commun, les associations de lutte contre le VIH/Sida et les associations LGBTQI d’Occitanie, donc Act-Up et le collectif Arc-en-Ciel.

Elles croient savoir que cette pénurie est liée à des restrictions budgétaires. Sollicitée par 20 Minutes, l' ARS Occitanie n’a pas encore confirmé (ou infirmé) cette hypothèse.

Dans l’attente d’un éclaircissement, les associations précisent que dans un contexte de baisse des subventions, elles ne peuvent supporter elles-mêmes la dépense pour garantir l’accès à la « capote gratuite ».

« La santé de nos communautés, ne peut devenir une variable d’ajustement budgétaire », préviennent-elles.

>> A lire aussi : Toulouse: Discriminations, santé... Les combats que veut (encore) mener la communauté LGBT