Haute-Garonne: La CGT revendique la panne d'électricité qui a coupé le sifflet à Edouard Philippe

MUET La CGT a coupé ce jeudi l’électricité dans un petit village de la Haute-Garonne, où Edouard Philippe a dû commencer son allocution a cappella…

H.M.

— 

Le Premier ministre Edouard Philippe, le mardi 13 février 2018. Archives.
Le Premier ministre Edouard Philippe, le mardi 13 février 2018. Archives. — Jacques Witt / Sipa/SIPA

Mondouzil est un petit village de 230 âmes, situé à une quinzaine de kilomètres de Toulouse. C’est dans cette commune bucolique, la plus petite de la Métropole, qu' Edouard Philippe a signé ce jeudi avec la collectivité toulousaine un « contrat de maîtrise de la dépense publique ».

Et il s’en souviendra. Au moment où les discours officiels devaient commencer, la petite mairie a été privée d’électricité et la régie est tombée en rideau. Rien à voir avec un énième orage. Plutôt avec le climat social. Car la CGT a immédiatement revendiqué cette coupure. « La CGT utilise tous les moyens pour combattre les politiques d’austérité et imposer les exigences des salariés et des citoyens », indique le communiqué qui accuse Edouard Philippe de « désorganiser les services publics ».

Bilan du sabotage, les maires de Mondouzil et de Toulouse ont dû discourir a cappella tout comme le Premier ministre dans la première partie de l’allocution. La coupure a duré une bonne vingtaine de minutes.