Toulouse: Le centre de rétention théâtre de violences, deux policiers blessés

SOCIETE Deux policiers ont été blessés dimanche dans une série d’incidents au centre de rétention pour sans-papiers de Cornebarrieu, près de Toulouse…

H.M.

— 

Devant le centre de rétention administrative de Cornebarrieu. Archives
Devant le centre de rétention administrative de Cornebarrieu. Archives — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

Le syndicat de police Alliance parle d’une « émeute ». De sérieux incidents se sont produits dimanche au Centre de rétention administrative de Cornebarrieu, près de Toulouse, où sont retenus les étrangers en situation irrégulière en attente d’expulsion ou d’une décision judiciaire.

Selon Alliance, tout serait parti, vers 14h45, de la fermeture de deux chambres pour cause de dégradations. « Les occupants de ces chambres ont refusé de changer de secteur », indique dans un communiqué Sébastien Pélissier, le secrétaire adjoint du syndicat pour la Haute-Garonne.

Quatre gardes à vue

L’incident a dégénéré, notamment avec un début d’incendie. Les retenus qui ont participé à cette « mutinerie » ont notamment recouvert de draps les caméras de surveillance, nécessitant l’arrivée en renfort d’une dizaine d’agents de la Police de l’air et des frontières (PAF), venus de l’aéroport.

Les tensions ont duré jusque dans la soirée. Deux policiers ont été légèrement blessés et quatre personnes placées en quatre à vue, tandis que d’autres occupants du CRA ont fini à l’isolement.

Alliance Police demande « la plus grande fermeté à l’encontre des auteurs de violence contre les policiers » et « des renforts dans les centres de rétention qui sont en surcapacité de puis l’attentat de la gare Saint-Charles à Marseille ».

>> A lire aussi : Marseille: Depuis l'attaque de la gare Saint-Charles, le centre de rétention administrative du Canet est plein