Toulouse: Sport, culture et gastronomie... On vous dit tout sur le futur «Tiers-Lieu» de la Cartoucherie

URBANISME De la bonne bouffe, des sports originaux et de la culture à tous les étages. Le Tiers-Lieu qui ouvrira en 2020 dans les immenses halles de la Cartoucherie à Toulouse est un drôle de projet hybride…

Helene Menal

— 

Vue d'artiste de la place de la Halle dans le future quartier de la Cartoucherie
Vue d'artiste de la place de la Halle dans le future quartier de la Cartoucherie — Oppidea
  • L’étrange Tiers-Lieu des halles de la Cartoucherie à Toulouse combinera gastronomie, sport et culture.
  • Le site ouvrira en 2020 sur une friche industrielle réhabilitée.
  • Ce projet privé réunissant 7 associés va coûter 26 millions d’euros.

Sushi ou cassoulet avant le brainstorming à la salle de réunion ? Crochet par le mur d’escalade ou flânerie dans une librairie en attendant le début du concert ? Voilà le genre de dilemmes que va susciter le Tiers-Lieu, un carrefour « multithématique » et assez inédit, qui ouvrira ses portes en 2020 dans les fameuses halles centenaires de la Cartoucherie, réhabilitées pour l’occasion.

Ce lieu hybride, « magique » même pressent le maire, Jean-Luc Moudenc, a été dévoilé lundi. Ce qu’il faut retenir en attendant de tester.

Un lieu majestueux et centenaire

C’est dans les halles de la Cartoucherie que des petites mains fabriquaient des munitions pendant la Première Guerre mondiale. De ce passé industriel, sur lequel la page a été tournée il y a 20 ans, il ne reste que deux halles, la 128, immense, et la 121, plus modeste. Les Halles qui ont survécu se retrouvent au cœur de l’écoquartier de la Cartoucherie, en cours de peuplement, à environ un quart d’heure de la place du Capitole.

Les Halles vues de l'extérieur.
Les Halles vues de l'extérieur. - C. Picci - Oppidea

Un concept « porteur d’utopie »

Les Halles auraient pu accueillir un banal centre commercial. La configuration, la hauteur sous plafond et les 15.000 m2 disponibles s’y prêtaient plutôt bien. Mais non. Les promoteurs de ce projet veulent créer « un ensemble immobilier porteur d’utopie ». L’objectif est de porter un message sociétal alliant la transition écologique, l’innovation sociale et l’esprit entrepreneurial", explique Sylvain Barferty, le président de la SAS Tiers-Lieu. Il cite en exemple la LX Factory de Lisbonne, le Brooklyn Boulders de Chicago ou encore le Darwin ecosystème de Bordeaux.

Ce qu’on va y trouver dedans

Il y aura de quoi se remplir la panse, se dépenser et réfléchir. Le Tiers-Lieu abritera une halle gastronomique, avec « 26 points de restauration autour des cuisines du monde », une brasserie artisanale, un atelier des chefs et un espace pour les démonstrations culinaires. Une librairie prendra place à l’étage. Viendra ensuite le pôle sport/santé/bien-être avec donc de l’escalade, du yoga, un hammam ou encore de slackline​ (du funambulisme moderne sur des sangles).

Viendra ensuite un espace de travail, avec des bureaux collaboratifs, nomades ou pas, et des salles de réunion. Enfin, une salle de spectacle de 800 places, située pile en face du Zénith complétera le tout.

La
La - SAS Tiers-Lieu

L’autre halle, la 121, abritera à terme un cinéma, hybride lui aussi, jonglant avec une programmation généraliste comme art et d’essais.

Les Halles seront ouvertes sept jours sur sept.

Un projet privé à 26 millions d’euros

Le Tiers-Lieu est un projet privé réunissant sept associés qui prévoient d’investir en tout 26 millions d’euros. Ils seront tous exploitants sur le site. Parmi eux, il y a l’association sportive UCPA, Gilles Jumaire, le fondateur de la société de spectacle  Bleu Citron, ou encore la conciergerie de quartier Allô Bernard.

Le Calendrier

Le permis de construire doit être déposé cet été pour un démarrage des travaux de réhabilitation début 2019. L’ouverture au public est prévue pour la 1er semestre 2020, dans pile deux ans.

Le chantier sera ponctué de happenings et de conférences, réunissant par exemple les nouveaux habitants de l’écoquartier ou les anciens travailleurs de la Cartoucherie.

>> A lire aussi : Toulouse: Vous voulez y faire quoi sur les fameuses ramblas ? Le bocal à idées est ouvert