A l'étroit dans le centre de rétention, le petit Gouram a dû être hospitalisé

H. M. - ©2008 20 minutes

— 

D'origine géorgienne, la famille Berachov est enfermée depuis trois semaines au centre de rétention de Cornebarrieu, dans l'attente d'une éventuelle reconduite à la frontière. Elle contestait hier devant la cour d'appel son maintien en rétention. Car Gouram, l'aîné des deux petits garçons de la famille, supporte mal cette privation de liberté. A 5 ans, il a même été brièvement hospitalisé dans le service psychiatrique de l'Hôpital des enfants la semaine dernière.

« Il montre des signes de souffrance psychique majeurs », a plaidé hier Julien Brel, certificats médicaux à l'appui. L'avocat en appelle à la convention des Droits de l'Homme, qui proscrit les « traitements inhumains et dégradants ». « Mettre un jeu de tourniquet dans la section famille du centre de Cornebarrieu ne suffit pas pour qu'un enfant s'y sente bien », a-t-il commenté après l'audience. La famille Berachov a quitté en 2004 la Géorgie, où la mère de famille était une avocate engagée en faveur des Droits de l'Homme. La cour d'appel doit rendre sa décision ce matin sur son avenir immédiat.