La féria sortie de l'arène Fenouillet

B. C. - ©2008 20 minutes

— 

Les matadors ne descendront pas dans l'arène de Fenouillet cet été. Hier, la nouveau maire PS de la commune, Claudie Marcos, a donné l'estocade à cet événement lancé il y a cinq ans. Une décision dont s'est tout de suite félicitée l'alliance anti-corrida. L'édile s'était donné trois semaines pour examiner le dossier sur les aspects juridiques et administratifs. « Nous avons décidé collectivement que l'édition 2008 n'aurait pas lieu, notamment pour des raisons de sécurité. Je considère que la question des stationnements et des parkings aménagés à la périphérie posent des problèmes », justifie-t-elle. Ce qui est valable cette année ne le sera peut-être plus l'an prochain. Comme elle s'y était engagée durant la campagne, Claudie Marcos devrait lancer une consultation sur la féria auprès de la population dans le courant du quatrième trimestre 2008.

Du côté des aficionados, cette décision soulève une bronca. Au premier rang des mécontents, l'ancien maire, qui avait lancé la manifestation. « C'est un peu la mort de la féria en pays toulousain... sauf si d'autres reprennent le flambeau. Mme Marcos a fait sa campagne sur comment rompre Fenouillet de l'isolement. Là c'est le contraire, puisque cette féria amenait 120 000 personnes ici », plaide Gilles Broquère. Mais sa déception n'est rien à côté de celle de Didier Lacroix, co-organisateur de l'événement. « Six salariés vont être au chômage technique, sans parler des incidences économiques. Nous réfléchissons à l'avenir de cette fête », déplore-t-il à chaud. Ne voulant pas aller plus loin dans la critique, il s'exprimera plus longuement mardi prochain.