Toulouse: Un(e) inconnu(e) vous a tapé dans l’œil? Une station de métro joue les entremetteuses

INSOLITE Dans la station métro Jeanne-d’Arc, à Toulouse, les écrans de l’œuvre d’art interactive ont été réactivés. Mieux que Tinder, ils permettent de laisser un message poétique aux inconnu(e) s croisé(e) s sur le trajet…

Helene Menal

— 

Les messages romantiques des usagers sont diffusés dans la station Jeanne-d'Arc.
Les messages romantiques des usagers sont diffusés dans la station Jeanne-d'Arc. — H. Menal - 20 Minutes

Envie de retrouver le bel inconnu qui a ramassé votre parapluie quand vous avez trébuché en haut de l’escalator ? Ou tout simplement de lui dire merci ? A l’heure de Tinder, des couples numériques et de la 4G dans les rames, à Toulouse, le métro remet au goût du jour le petit mot d’amour presque désuet.

>> A lire aussi : Un artiste invente le banc public où l’on peut faire graver ses mots d’amour

Depuis un mois, les écrans de l’œuvre d’art interactive « Transports amoureux », dans la station Jeanne-d’Arc ont été réactivés par Tisséo. Le principe est simple, les usagers postent des messages sur un site internet et ceux-ci, une fois filtrés par un modérateur, apparaissent sur les écrans de la station dans un défilé ininterrompu.

Des émois et des odeurs de pastis

L’idée de « créer du lien », avec une touche de poésie, est de l’artiste Sophie Calle. Sauf que son installation n’a pas souvent marché depuis la mise en service de la ligne B… en 2007. Pour cause « d’incompatibilité des systèmes informatiques ». « Ça fait vraiment bizarre de voir les écrans fonctionner, s’exclame Christelle, en transit sur la ligne avec sa fille. Mais du coup, il y a un côté vintage assez génial ». En 2007, elle aurait posté sa prose, mais, maintenant, elle n’est plus célibataire.

Les messages, pas toujours d'amour défilent sur les écrans.
Les messages, pas toujours d'amour défilent sur les écrans. - H. Menal - 20 Minutes

Par contre, si vous êtes cette inconnue avec des feuilles de vignes tatouées sur le poignet droit qui fréquente la station de métro Capitole, ou ce jeune homme aux yeux marron qui prend le bus 88 et descend au CHU de Rangueil, ou que vous sentez le pastis en plus de porter des maillots de foot aux couleurs du Brésil (si, si), sachez que votre charme légendaire a encore fait des ravages.