VIDEO. Toulouse: La ligne B du métro repart après une spectaculaire inondation due à l’explosion d’une canalisation

GROSSE TUILE La rupture d’une canalisation dans le quartier Saint-Michel samedi a provoqué l’inondation de la station de métro. Une bonne partie de la ligne B a été coupée durant deux jours...

Hélène Menal
— 
Ce dimanche et jusqu'à nouvel ordre, les rames de la ligne B ne circulent plus entre Ramonville et François-Verdie.
Ce dimanche et jusqu'à nouvel ordre, les rames de la ligne B ne circulent plus entre Ramonville et François-Verdie. — H. Menal - 20 Minutes
  • La rupture d’une canalisation samedi a entraîné l’inondation de la station de métro Saint-Michel.
  • Le trafic de la ligne B du métro a été partiellement interrompu durant deux jours.
  • En janvier 2017, une première rupture de canalisation avait inondé le métro dans le même quartier.

Petit tsunami dans le métro de Toulouse. Il était 6h30 samedi matin quand une canalisation d’eau de 30 cm de large a explosé dans le quartier Saint-Michel, au niveau du croisement entre le boulevard des Récollets et la grande rue Saint-Michel.


La grosse vague a provoqué l’effondrement de la chaussée et pénétré dans les habitations des riverains qui se sont mis à écoper. Elle a aussi malheureusement atteint la station de métro Saint-Michel/Marcel-Langer, toute proche, dévalant les escaliers et envahissant le tunnel.


Pompage et vérification des installations électriques

Durant deux jours, la ligne B a été coupée entre Ramonville et la station François-Verdier. Et ce dimanche, les opérations de pompage se sont poursuivies dans la station, mobilisant une cinquantaine de personnes. Il a ensuite fallu vérifier toutes les installations électriques dans la station et le long des voies. Mais les «Shadoks» ont bien travaillé puisque, après l’évacuation de «430 m3 d’eau», Tisséo a annoncé de dimanche soir la reprise progressive du trafic sur l’intégralité de la ligne à compter de 19h.

Ce gros incident en rappelle un autre, survenu en janvier 2017, dans le même secteur. Une première rupture de canalisation avait entraîné une longue fermeture de la station Saint-Agne. Mais elle était due au froid alors que les températures sont plutôt clémentes et que l’explosion de samedi reste pour l’heure inexpliquée.

Lors de l’inondation de de 2017, c’est l’assureur de Veolia qui avait pris en charge les énormes dégâts.