Toulouse: Auberges de jeunesse, Hilton et (peut-être) palace, on vous dit où les nouveaux hôtels vont pousser

URBANISME Un schéma dessiné par la Métropole prévoit la construction de 1.600 chambres d’hôtel à Toulouse d’ici 2025. Ce que l’on sait de ces projets, de l’auberge de jeunesse à l’hypothétique palace…

Hélène Ménal
— 
Le futur hôtel Eklo (et écolo) de la Cartoucherie qui proposera des chambres bon marché mais aussi des dortoirs.
Le futur hôtel Eklo (et écolo) de la Cartoucherie qui proposera des chambres bon marché mais aussi des dortoirs. — Icade - Eklo
  • Toulouse Métropole prévoit d’autoriser la construction de 200 nouvelles chambres d’hôtel par an.
  • Ses projections vont de l’auberge de jeunesse au palace.
  • Il y aura notamment un Hilton en haut de la Tour d’Occitanie.

A Toulouse, les trois quarts des visiteurs sont des touristes d’affaires. Ils se logent en semaine dans les 11.000 chambres d’hôtel de tous standings de l’agglomération. Mais ces dernières se vident largement le week-end. Les modes de séjour alternatifs type « locations en ligne » hébergent un tiers des 42.000 visiteurs annuels recensés dans la Ville rose.

En tenant compte de cet état des lieux, de l’essor démographique et des nombreux projets urbanistiques en cours, Toulouse Métropole, qui veut faire de la ville une destination de tourisme urbain en courts séjours (city break dans le jargon) a établi un Schéma directeur de l’offre hôtelière. Il prévoit la construction de 1.600 chambres d’hébergement par an d’ici à 2025, « soit 200 places par an en moyenne au lieu de 100 jusqu’ici, ce qui me semble être le bon format d’évolution », précise Sylvie Rouillon-Valdiguié, l’élue métropolitaine en charge du Tourisme.

La carte des projets hôteliers dans la métropole de Toulouse.
La carte des projets hôteliers dans la métropole de Toulouse. - Toulouse Métropole

Les hôtels vont donc pousser comme des champignons. Ce qui n’effraie pas pour autant les hôteliers indépendants. « Deux-cents places par an, ce n’est pas délirant du tout. Ce schéma est un bel outil, très encadré, à condition que l’on s’y tienne », estime Frédéric Michel, professionnel en centre-ville et président de la branche au sein de l’Union des métiers de l’industrie hôtelière (UMIH).

En gravant le schéma dans le marbre, la collectivité se laisse la possibilité d’écarter les projets qui n’y figurent pas en refusant les permis de construire. Elle veut surtout maîtriser l’offre en sélectionnant les futurs grands projets dont voici quelques exemples.

- Le Mama Shelter des boulevards. C’est le projet le plus avancé. Cet hôtel de 120 chambres ouvrira à la fin de l’année sur le site historique du cinéma des Nouveautés. Le lieu se veut hybride : il abritera aussi un bar-restaurant et sa terrasse panoramique avec vue imprenable sur le centre-ville de Toulouse.

La version nocturne de l'Occitanie Tower.
La version nocturne de l'Occitanie Tower. - Studio Libeskind - La Compagnie de Phalsbourg

 

- Un Hilton en haut de la Tour d’Occitanie. Là aussi, le contrat est signé. A Matabiau sommet de la Tour d’Occitanie, le premier gratte-ciel de Toulouse haut de 150 mètres, abritera un hôtel Hilton. Le groupe, absent pour l’instant à Toulouse, peut attirer une clientèle de fidèles qui aiment garder leurs marques.

>> A lire aussi : Exit l'Occitanie Tower, place à la Tour d'Occitanie, premier gratte-ciel de Toulouse

- Un hôtel en bois à la Cartoucherie. Ecoquartier oblige, la Cartoucherie accueillera en 2020 un hôtel « durable » de 9 étages, bardé de bois et exploité par le groupe Eklo. Il proposera une centaine de chambres abordables et même une formule dortoir.

Le futur hôtel Eklo (et écolo) de la Cartoucherie qui proposera des chambres bon marché mais aussi des dortoirs.
Le futur hôtel Eklo (et écolo) de la Cartoucherie qui proposera des chambres bon marché mais aussi des dortoirs. - Icade - Eklo

 

- Un hôtel familial à Montaudran. L’opérateur n’est pas encore choisi mais Toulouse Métropole souhaite voir arriver un « hôtel familial trois étoiles » sur la zone Montaudran Aerospace près de la Halle des Machine et de la piste des Géants.

- Au moins deux hôtels près du nouveau Parc des Expos. Il faudra bien loger les congressistes quand le nouveau Parc des expositions de Beauzelle ouvrira début 2021. Un premier établissement de « 200 à 250 places » doit ouvrir en 2020, un deuxième d’une capacité identique en 2023.

>> A lire aussi : Découvrez le futur visage de la gare Matabiau... et donnez votre avis

- Deux auberges de jeunesse. La Ville rose n’a aucune capacité d’accueil pour les scolaires et pas d’auberge de jeunesse non plus. Le schéma prévoit d’en ouvrir au moins deux, associatives ou pas, à la Cartoucherie et près de la gare Matabiau.

- Et le palace alors ? Bordeaux et Lyon, ont déjà le leur. Toulouse se doit de tenir son rang en attirant un vrai palace. Le schéma l’annonce pour 2025, « dans un bâtiment patrimonial du centre-ville ». Le site de la Grave a été évoqué. « Mais rien n’est encore fléché », précise le maire, Jean-Luc Moudenc, en entretenant le mystère.