Toulouse: Bitume fondu, chaussée défoncée, Vinci va porter plainte après le passage des agriculteurs

SEQUELLES Les tracteurs ont quitté Toulouse et Montauban mais en laissant derrière eux de gros dégâts routiers. Vinci Autouroutes a l’intention de porter plainte…

B. Colin et H. Ménal
— 
Les agriculteurs en colère le 7 février 2018 sur la rocade de Toulouse.
Les agriculteurs en colère le 7 février 2018 sur la rocade de Toulouse. — B. Colin - 20 Minutes
  • Les agriculteurs ont levé les blocages de Toulouse et Montauban.
  • Mais ils ont laissé de gros dégâts matériels dans leur sillage.
  • Vinci Autoroutes va porter plainte.

La neige avait bon dos jeudi matin à Toulouse. Mais les énormes embouteillages étaient encore à mettre sur le compte des agriculteurs en colère. Car si les tracteurs avaient levé le blocus en se dispersant dans la nuit, ils ont laissé dans leur sillage d’énormes dégâts sur les chaussées des autoroutes et de la rocade : bitume fondu sous les barricades de pneus en feu, tas de fumiers à dégager, barrières défoncées…

>> A lire aussi : Toulouse et Montauban: Deux semaines de blocages et de mobilisation des agriculteurs... et un gros sentiment d'abandon

Voilà pourquoi l’A61, entre Toulouse et Carcassonne, n’a pas pu rouvrir que tardivement et pourquoi elle va encore devoir être fermée durant plusieurs nuits pour travaux.

Pneus et plaques d’amiante à recycler

Vinci Autoroutes - concessionnaire des autoroutes qui mènent à Toulouse et Montauban et d’une partie du périphérique de la Ville rose où il faut désormais zigzaguer entre les trous — n’a pas l’intention d’en rester là. « Nous avons l’intention de porter plainte », indique un porte-parole régional. L’affaire est « entre les mains des juristes », notamment pour déterminer si elle doit être déposée « contre X » ou contre un syndicat agricole.

D’autant que le retraitement des déchets va encore corser l’addition. « Nous avons retrouvé au milieu des tas de fumier des tôles d’amiante qui nécessitent un envoi vers des filières spécialisées, ce qui coûte très cher », ajoute Vinci Autoroutes.

Le concessionnaire n’a pas encore chiffré la totalité des dégâts. D’autres sont d’ailleurs à venir puisque l’A61, encore elle, est toujours « occupée » ce vendredi par les agriculteurs venus de l’Aude et mécontents de l’issue des négociations.