VIDEO.Toulouse: Le Muséum invente la visite mobile (et, non, ce n'est pas une appli)

INNOVATION Le Muséum de Toulouse, se lance dans la visite mobile, « à picorer » via son smartphone, grâce une nouvelle technologie qui ringardise les appli…

Hélène Ménal

— 

La visite mobile fonctionnera à partir de ce jeudi 24 janvier.
La visite mobile fonctionnera à partir de ce jeudi 24 janvier. — Studio Pastre - Museum de Toulouse
  • Le Muséum de Toulouse lance ce jeudi sa «Visite mobile».
  • Elle permet d’obtenir un tas d’infos bonus sur la collection.
  • Surtout, il ne s’agit pas d’une appli à télécharger laborieusement.
  • Cette nouveauté marque les dix ans de la réouverture du Muséum.

Au Muséum de Toulouse, les objets sont magnifiquement exposés, le plus souvent dans une scénographie dépouillée qui ne s’encombre ni d’écran, ni d’explication fleuve. L’inconvénient de ce minimalisme, c’est que certains - les jeunes adultes surtout - n’ont pas assez d’informations à se mettre sous la dent. S’ils veulent savoir par exemple comment Punch, l’éléphant de l’accueil, a rendu l’âme, ils peuvent s’escrimer à faire dix fois le tour de son énorme socle, ça ne servira à rien.

Une simple connexion Wifi

Mais à partir de ce jeudi, une simple pression sur l’écran d’un smartphone permettra aux visiteurs d’accéder à tout un tas de bonus, d’explications, de documents, de reportages et de secrets restés enfouis. Ou encore de nommer instantanément les pensionnaires du fameux mur des squelettes. En tout, une soixantaine d’objets peuvent être « creusés », identifiés par des stickers au sol.

Et, non, on ne va pas vous proposer de télécharger une nouvelle appli qui va vous manger le peu de mémoire et d’internet qu’il vous reste. « Pour accéder au service, il suffira de se connecter au réseau Wifi du Muséum et d’autoriser la géolocalisation si on le souhaite », résume Maud Dahlem, chargée du multimédia au service Exposition.

Elle a dégotté cette technologie dans une start-up franc-comtoise. « Elle correspond parfaitement aux usages du moment, permet de picorer, de zapper, de fractionner, on peut s’informer sur un sujet puis remettre son téléphone dans sa poche », ajoute la spécialiste.

Cette « visite mobile » n’est rien d’autre qu’un onglet dans votre navigateur. Elle est aussi disponible en langue des signes. Et pour « lutter contre la fracture numérique », ou pour les irréductibles anti-smartphone, des tablettes sont en prêt à l’entrée.