Toulouse: Trois choses à (bien) savoir maintenant que les PV de stationnement ont flambé à 30 euros

SOCIETE Vous n’avez pas encore tout pigé concernant le passage des PV de stationnement de 17 à 30 euros ? «20 Minutes» vous aide à digérer la mauvaise nouvelle et son application un tantinet complexe…

Hélène Ménal
— 
En centre-ville, le temps maximum de stationnement est limité à 2 heures. Après, c'est le coup de bambou.
En centre-ville, le temps maximum de stationnement est limité à 2 heures. Après, c'est le coup de bambou. — H. Menal - 20 Minutes
  • Depuis le 1er janvier l’amende pour dépassement du temps de stationnement est de 30 euros à Toulouse.
  • Et il faut rentrer son immatriculation dans l’horodateur avant de glisser ses pièces.
  • Attention, le temps de stationnement maximum est de 2 heures en centre-ville.
  • Une appli permet désormais de payer via son smartphone.

C’est LA mauvaise nouvelle de ce début d’année. Les amendes pour dépassement du temps de stationnement sont passées à Toulouse, en raison d’une loi nationale, de 17 à 30 euros.

Jean-Michel Lattes, l’adjoint en charge des Mobilités, qui reconnaît que les mails de récrimination se multiplient, indique que les agents ont pour consigne de « faire preuve de discernement » et de laisser les habitudes s’installer. Il assure que les prunes à 30 euros ne pleuvent pas encore à verse : 600 PV entre le 1er et le 8 janvier, soit une « activité normale ».

Mais il y a des subtilités, réjouissantes ou pas, qu’il faut mieux avoir à l’esprit.

Non, la fente du monnayeur n’est pas bouchée. Vous faites peut-être partie de ceux qui se sont escrimés à faire avaler des pièces à un horodateur dont le monnayeur semblait bloqué, avant de renoncer, au risque de le prendre ce fameux nouveau « PV » à 30 euros. Et bien, il fallait lire ce qui est écrit en tout petit au-dessus l’écran. C’est-à-dire qu’il faut rentrer sa plaque d’immatriculation avant d’introduire sa monnaie. Tous les parcmètres de la ville sont désormais réglés ainsi.

Cette nouveauté permet aux agents de vérifier sur leurs tablettes si vous avez payé ou pas. Elle deviendra une arme redoutable à la fin de l’année, quand les nouvelles voitures high-tech de la police municipale pourront contrôler et verbaliser en passant simplement dans la rue.

>> A lire aussi : Toulouse: Bientôt vous ne pourrez plus (du tout) gruger les horodateurs

Pas plus de deux heures en centre-ville. C’est la mesure qui fait le plus râler. En centre-ville, le prix du stationnement n’a pas varié, il est à 3 euros mais pour deux heures maximum, car ensuite, la minute coûte très cher : 12 euros pour un stationnement de 2h10, 21 euros pour 2h20 et 30 euros au-delà. Ces seuils progressifs incompréhensibles, sont « imposés par la loi », précise Jean-Michel Lattes.

Il assume en revanche tout à fait le choix de limiter le stationnement à deux heures. « On aurait pu dire cinq heures et au lieu d’avoir trois voitures qui se garent on n’en aurait eu qu’une. Il y a 5.000 voitures supplémentaires à Toulouse tous les ans, l’espace urbain est de plus en plus restreint. L’enjeu, c’est de le partager mieux en favorisant la rotation », explique l’élu.

La pilule a quand même du mal à passer. Un riverain de la rue Deville, tout près de la place du Capitole, raconte par exemple qu’un artisan vient de refuser un chantier chez lui. « Il m’a dit qu’il n’avait pas les moyens de se garer dans ma rue », témoigne-t-il…

Une appli pour payer par téléphone et à distance. Elle est arrivée en même temps que les nouveaux PV. L’appli ParkNow permet de payer son stationnement par téléphone et même de rallonger la durée de son ticket à distance en cas d’imprévu.

Il suffit de rentrer une fois ses données personnelles (immatriculation et données bancaires) puis de se garer et de l’activer. Le système géolocalise automatiquement votre position.