Toulouse: Un diacre soupçonné de rapports sexuels avec une fidèle révoqué

RELIGION L'homme d'église a été dénoncé par une fidèle avec qui il avait sympathisé, lui nie les faits...

D. G.

— 

L'église des Minimes surplombe le quartier toulousain.
L'église des Minimes surplombe le quartier toulousain. — Frédéric Lancelot

Sosthène était diacre à Toulouse jusqu’en 2016, mais il vient de perdre son droit d’exercer raconte La Dêpeche. Il aurait commis le « péché de chair » avec une paroissienne alors qu’il avait fait vœu de chasteté.

>> A lire aussi : Angoulême: Plusieurs joyaux du trésor de la cathédrale ont été volés

Son ordination empêchée

En 2004, Sosthène fait la connaissance d’une fidèle de l'église des Minimes et il sympathise. « C’était amical. Je me confiais à elle comme à une amie, c’était ma confidente. Mais je sentais qu’elle voulait plus. J’ai refusé ses avances », raconte à La Dépêche l’homme d’Église.

Mais alors qu’il doit être ordonné prêtre en 2007, son « amie » écrit à l’archevêque pour raconter qu’ils ont eu des rapports sexuels, ce que Sosthène nie.

>> A lire aussi : Marseille: Des mineurs isolés obligés d’occuper une église du Vieux-Port pour être hébergés

Jugé par les tribunaux religieux

« Lorsque l’on est diacre temporaire, dans l’attente d’être ordonné prêtre, nous avons obligation de faire vœu de célibat, de chasteté et ne pas entretenir de relation sexuelle », précise la porte-parole du diocèse de Toulouse. Condamné par le tribunal ecclésiastique de Toulouse, Sosthène fait appel et est jugé une deuxième fois en appel, à Rome cette fois-ci, près de dix ans plus tard, procès qu’il perd à nouveau.

« L’ordination presbytérale n’est nullement un dû »

« J’ai tout fait pour prouver ma bonne foi, mais la procédure canonique qui a duré plus de 10 ans m’a condamné à garder le silence. (…) J’ai perdu mon domicile et je suis parti sans argent », explique Sosthène. Une version contestée par l’église : « Cet homme a été rémunéré entre 2007 et 2016, alors qu’il faisait l’objet d’une enquête et ne travaillait plus. L’ordination presbytérale n’est nullement un dû. »

L’avocate du diacre déchu estime son client victime de dénonciation calomnieuse et va demander 675.600 euros de réparation devant le tribunal de grande instance de Toulouse.